Danger du Link rot : quand les anciens partenaires web disparaissent

Des vidéos et des contenus pornographiques apparaissaient sur d’importants sites web comme le New York Magazine ou encore le Washington post. Un pro du porno exploite le link rot à son profit.

De nombreux sites web font appels à des partenaires, qu’ils soient publicitaires, d’informations. Ces partenariats se transforment en affichage de vidéos, de liens, d’articles. Seulement, le partenariat d’hier peut très vite se transformer en merdier 2.0 aujourd’hui et demain à l’image de ce que viennent de vivre plusieurs importants médias américains.

Les Washington post, HuffPost, New York Magazine et beaucoup d’autres ont diffusé, sans le savoir, des publicités et vidéos pornographiques à la place des vidéos réalisées dans le cadre d’articles écrits ces dernières années.

Le piège s’est rabattu sur eux. Un partenaire a fermé ses portes et un « malin » a sauté sur l’occasion pour faire du Link Rot. Ce partenaire, une société qui souhaitait concurrencer Youtube, VidMe.

Link rot

L’ensemble des journaux impliqués utilisaient cet espace de stockage de vidéos comme l’explique Vice. Seulement, le nom de domaine VidMe vient d’être récupéré par un portail pour adultes. Le domaine était abandonné depuis quatre ans et le roi du porno a sorti son link rot, son détournement de lien/contenu.

Ce nouveau propriétaire ne semble pas avoir agi au hasard. Il a repris les codes exploités dans les journaux pour y diffuser ses propres contenus. Autant dire que des lecteurs américains ont du avaler de travers le croissant à la lecture de leurs journaux favoris !

Une technique du link rot qui ne date pas d’hier. Le dernier en date concernait le FBI et son oubli d’enregistrer l’url d’un portail pirate que la justice US avait saisi 1 an auparavant.

En février 2017, c’est le compte Twitter de Donald Trump qui se retrouvait avec des liens dirigeant vers des sites expirés. Un hacktiviste belge, Inti De Ceukelaire, récupérait les urls de ces sites fermés pour diffuser des moqueries à l’encontre de l’ancien Président des USA, candidat à la Maison Blanche.

Un outil diffusé en 2019, Expired Tweet, permet de trouver les urls dans vos tweets dont les adresses ont expiré.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme commandant réserviste Cyberdéfense Hauts-de-France. Ce blog est personnel. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr
  1. denis.huneau Reply

    Bonjour

    Votre site est parfait…ou presque.

    Pourquoi ne pas corriger les fautes d’orthographe ?
    « avoir agit », « son oublie », « les adresses ont expirées »

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      Pas d’excuse 🙂 Certains articles sont rédigés tard dans la nuit, et j’oublie de les relire le lendemain.
      Merci pour alerte 🙂
      cdt

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.