L’ANSSI diffuse un rapport sur l’état de la menace Rançongiciel

A l’occasion du FIC 2020, l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Informations Française, l’ANSSI, a diffusé un rapport sur l’état de la menace Rançongiciel. Un bel éclairage de cet univers très sombre.

SamSam, LockerGoga, GandCrab, Sodinokibi, Maze ne vous disent rien ? L’ANSSI, l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Informations Française, profite du Forum International de la Cybersécurité de Lille pour revenir sur l’état de la menace Rançongiciel. 32 Pages très détaillées sur ces logiciels pirates permettant à des malveillants de prendre en otage un ordinateur, des fichiers, des serveurs …

Si la grande majorité des attaques par rançongiciels s’avère être opportunistes et s’appuie essentiellement sur la faible maturité en sécurité numérique de leurs victimes, l’ANSSI, ses partenaires et une revue de presse de 98 articles références « made in USA » (Seulement quatre liens FR) ont observé depuis 2018 de plus en plus de groupes cybercriminels cibler spécifiquement des entreprises financièrement robustes dans le cadre d’attaques dites « Big Game Hunting ».

L’agence indique que ces attaques sont signées par des pirates informatiques aux ressources financières et aux compétences techniques importantes. Elles « présentent un niveau de sophistication parfois équivalent aux opérations d’espionnages informatiques opérées par des États.« 

Payer, deux fois !

Comme vous pouvez le lire sur ZATAZ, les pirates ne se contentent plus de demander de l’argent pour déchiffrer. Ils rajoutent des couches de menaces après avoir volé les données des entreprises rançonnées. Comme j’ai pu vous le montrer avec le « Service après-vente » Sodinokibi, ces pirates n’ont aucune limite. Leur imagination malveillante est débordante comme démontré avec Maze.

Concernant ce groupe, le rapport indique que « pour l’heure en France, aucun incident n’a été traité par l’ANSSI sur son périmètre en rapport avec le rançongiciel« . Comme vous avez pu le lire sur ZATAZ, Maze a cyberattaqué, au minimum, une dizaine de victimes en France. Des entreprises qui ont « géré » en interne ? TOUTES ont eu des données internes diffusées par les voyous 2.0.

Le rapport de l’ANSSI n’est pas rassurant. Il conclue par le fait que ce phénomène prendra de l’ampleur dans les années à venir. Montré du doigt, les pirates mais aussi l’émergence d’assurances et de sociétés de négociation. Ces deux derniers confortant les malveillants dans le fait que dans tous les cas, ils seront les grands gagnants.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Responsable du Pôle Cyber Intelligence pour la société 8Brains.ca / Montréal. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.