Fermeture de Coco.gg : Site de discussions nauséabond

Le site de discussion Coco, lancé en 2003, a récemment fait l’objet d’une fermeture judiciaire en raison de sa transformation en un lieu de dérives sur Internet. Sa facilité d’accès, qui permettait aux utilisateurs de se connecter sans inscription, a été un facteur clé de cette dégradation. Il suffisait de fournir un pseudo, son âge, son genre et son code postal pour accéder au site.

RECEVEZ LES INFOS DE LA SEMAINE ZATAZ, CHAQUE SAMEDI, PAR COURRIEL ! ✨✨
Ne manquez rien ! Abonnez-vous dès maintenant et restez informé !

ZATAZ vous a souvent parlé de cet espace nauséabond qu’était le forum COCO. Plusieurs forums, la plupart du temps à caractère pornographique.  Au fil des années, Coco [qui a changé plusieurs fois de noms de domaine] est devenu un terrain propice aux comportements prédateurs, suscitant l’inquiétude de nombreuses associations de défense de l’enfance et de lutte contre l’homophobie. Ces organisations ont dénoncé le site comme « un repère de prédateurs« , pointant du doigt l’absence de contrôle et de modération, facilitant ainsi les abus et les actes malveillants. En mai dernier, je vous expliquais certains petits secrets de COCO dans le journal de 20H de TF1.

Intervention de la Justice

Mardi, le parquet de Paris a annoncé sur le réseau social X la fermeture de Coco.gg. Le propriétaire du site a été interpellé à l’étranger et sa femme placée en garde à vue dans le Var. Le message affiché sur le site fermé indiquait que l’action avait été menée par la direction générale des douanes et droits indirects et la gendarmerie nationale, sous l’autorité de la Juridiction nationale en charge de la lutte contre la criminalité organisée (JUNALCO) du parquet de Paris.

La fermeture de Coco.gg a été le résultat d’une coopération entre plusieurs institutions françaises, telles que la CyberGEND, la ComCyberMI, et l’Office national antifraude (ONAF), ainsi que des collaborations avec d’autres pays européens via Eurojust. Le tweet du parquet de Paris a salué cette collaboration interinstitutionnelle pour mettre fin aux activités illicites se déroulant sur le site.

RECEVEZ LES INFOS ZATAZ DIRECTEMENT SUR VOTRE TÉLÉPHONE ✨✨
Abonnez-vous maintenant et restez à la pointe de l’info !

La fermeture de Coco.gg envoie un message fort aux autres plateformes de discussion en ligne. La nécessité de réguler et de modérer les contenus et interactions sur ces sites est primordiale pour protéger les utilisateurs, notamment les plus vulnérables. L’absence de mesures de contrôle peut transformer ces plateformes en terrains dangereux, facilitant les abus et la criminalité. Le fondateur de COCO ne peut avancer sur le fait qu’il ne pouvait pas mettre de modération, il fournissait des options VIP payantes, donc modéré au moins pour recevoir l’argent !

Pour finir avec Coco, un chiffre : 23 051 procédures judiciaires entre le 1er janvier 2021 et le 7 mai 2024. 70 parquets de justice ont un dossier « coco » sur leur bureau. L’instigateur est poursuivi pour la fourniture d’une plateforme en ligne ayant permis une transaction illicite en bande organisée. Il risque pour ce cas, 10 ans de prison et 500 000€ d’amende. Des infractions relatives à la pédocriminalité, au proxénétisme aggravé, au blanchiment d’argent aggravé et associations de malfaiteurs. La Gendarmerie Nationale parle de 480 victimes.

Les polices hongroise, allemande, Bulgare, des Pays-Bas et de la Lituanie ont permis de remonter à l’administrateur et à ses serveurs.

La fin de ce genre d’espace nauséabond ? Malheureusement non. Une porte se ferme, d’autres vont vouloir s’engouffrer dans un business. Car oui, c’est un business. Sous des propos de « liberté d’expression », derrière, c’est de la publicité, des abonnements VIP, Etc. Le Service Veille ZATAZ a recensé, depuis plusieurs années, une cinquantaine de COCO !

Le Service Veille ZATAZ a repéré une cinquantaine de « Coco ».

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme réserviste - Lieutenant-Colonel (RC) ComCyberGend. Fondateur du Service Veille ZATAZ : https://www.veillezataz.com En savoir plus : https://www.damienbancal.fr
  1. encore toto Reply

    Pfff Youtube a fait la promotion de vidéo enfantine (et continue) auprès de majeurs … Ceux-ci laissant des commentaires emoji plus qu’explicite.

    Hate qu’on ferme aussi youtube … ohh wait

    A t-on déjà vu clairefontaine ou les stylo mont blanc ou bien la poste condamné pour l’envoi de lettre de chantage ou de mort ? Nope

    Donc c’est bien la liberté d’expression que l’on attaque.

    Ce genre de site on aussi permit a des gens de se rencontrer, de vivre une histoire d’amour, d’avoir des enfants. Je ne minimise pas le fait que majoritairement ces sites sont utilisés pour des relations consenties entre adulte et autres joyeusetés (vente de drogue, prostitution, arnaques etc)

    Mais c’est le cas pour toutes les plateformes en fait. C’est donc juste de l’hypocrisie et l’absence de volonté de se donner la peine de faire le même type de taff sur les grosses plateformes.

  2. j'y etais Reply

    bonjour

    « espace nauséabond », je ne suis pas tout a fait d’accord. J’etais sur coco comment utilisateur depuis plusieurs années, j’ai eu plein de rencontres entre majeurs et consentants. Jamais eu de probleme. C’est vrai que parfois je recevais des messages concernant des vendeurs de « drogues », ou des pseudos relatifs a la vente de stupefiant. Ca restait 0,1% des utilisateurs. Il est bien plus dangereux de frequenter les « lieux de dragues » a l’ancienne, bois, lieux deserts, usine desaffectees, etc…. il y a bien plus de vendeurs de drogues au pieds des immeubles que sur coco. Le gros probleme sur coco, etait l’inverse, les « mythos », qui justement donnait un RDV pour un plan, mais n’etait pas la. Une fois des contacts fiables etablis, ca restait un bon moyen de se rencontrer a la volée, pour un moment.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.