Les Ransomware-as-a-Service mènent à la création d’une industrie artisanale du cybercrime florissante

Comme ZATAZ a pu vous le montrer dans la Twitch ZATAZ Emission, Les ransomware-as-a-Service est devenu un business fleurissant, transformant le piratage « artisanal » en une industrie du cybercrime florissante.

Imaginez, la hausse des montants des ransomware, la prise d’otage de fichiers et serveurs informatiques, est en hausse de 302% en un an. Juste pour l’année 2020, les groupes de ransomware se sont partagés la modique somme de 692 millions de dollars issue de leurs attaques collectives, une augmentation de 380 % par rapport aux six années précédentes combinées (144 millions de dollars de 2013 à 2019).

Le succès du RaaS a également attiré d’autres acteurs, tels que les affiliés et les courtiers en accès initiaux (IABs) qui jouent un rôle prépondérant dans l’écosystème du ransomware, souvent même plus important que les groupes de ransomware eux-mêmes. Pour rappel, le Raas est une « location » des outils permettant de mettre en place la prise d’otage. Les « courtiers » aux accès initiaux, les primo accédants, commercialisent les passages qu’ils ont pu contourner en se jouant de la sécurité des accès des entreprises infiltrés et prises en otage.

« Alors que les groupes de ransomware obtiennent la plus grande notoriété et l’attention pour les attaques, ces groupes vont et viennent. Malgré le roulement, les affiliés et les IAB restent des éléments importants dans cet espace et une plus grande attention devrait être accordée à ces deux groupes dans l’écosystème en général » déclare Satnam Narang, Senior Staff Research Engineer de Tenable. ZATAZ vous démontre cette évolution depuis des années. Souvenez-vous de mon alerte, en 2015-2016 concernant le double effet RGPD que certains pirates mettaient en avant à l’époque. Ils réfléchissaient déjà à cette génération de prise d’otage.

Les affiliés qui gagnent entre 70 à 90 % du fruit de la rançon, se chargent des basses besognes, qui consistent à gagner l’accès aux réseaux via des méthodes éprouvées, telles le spearphishing, le déploiement d’attaques par force brute sur des systèmes avec protocole RDP (Remote Desktop Protocol), à exploiter des vulnérabilités Zero Day non traitées et à acheter des informations d’authentification vendues sur le Dark Web.

Les affiliés s’associent également parfois aux courtiers IAB, des individus ou groupes qui ont déjà gagné un accès aux réseaux et revendent leur sésame au plus offrant. Leurs tarifs se monnayent généralement de 303 dollars pour un accès au panneau de configuration, jusqu’à 9 874 dollars pour un accès RDP.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme commandant réserviste Cyberdéfense Hauts-de-France. Ce blog est personnel. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr
  1. Yvan Reply

    Merci pour ces chiffres Damien!

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.