Jeu vidéo : des acteurs se mobilisent pour la cybersécurité et l’Ukraine

Certains acteurs du monde du jeu vidéo sont sollicités ou cherchent à apporter leur soutien à la situation en Ukraine. Entre prise de position et dispositif pour la cybersécurité, les entreprises luttent à leur manière à la situation.

La mobilisation des grands acteurs

La situation en Ukraine a des répercussions internationales, non seulement sur l’économie, mais aussi pour le monde du jeu vidéo. Alors que les joueurs du monde entier peuvent tranquillement faire leurs achats de jeu, ou d’abonnements de services comme le Playstation plus 3 mois, les joueurs russes se voient privés de nombreuses offres et possibilités. Les pouvoirs ukrainiens avaient interpellé les grandes sociétés de jeu vidéo comme Playstation ou Microsoft et les éditeurs à se couper des marchés russes ou de fermer leurs bureaux en Russie. Depuis, plusieurs entreprises ont pris position en intervenant à leur niveau sur la situation.

Le soutien de Microsoft

Microsoft n’a pas fait dans la demi-mesure, puisque l’entreprise américaine a interrompu les ventes et services d’abonnement lié à Xbox. De plus, Microsoft a également bloqué l’accès à de multiples logiciels utilisés au quotidien.

En plus de cette privation, l’entreprise a décidé d’intervenir auprès des acteurs ukrainiens pour apporter un soutien en manière de cybersécurité. L’entreprise a déclaré être en contact avec les responsables de la cybersécurité en Ukraine et qu’elle apportait son aide pour lutter contre les cyberattaques.

Des jeux vidéo bannis de Russie

Les éditeurs de jeux vidéo ont, eux aussi, pris des décisions concernant la situation. Au même titre que Microsoft, Sony a interrompu ses ventes de consoles et de jeux en Russie. Le Playstation store est indisponible rendant impossible l’accès aux services en ligne.

Electronic Arts a aussi décidé de faire une action symbolique en retirant les joueurs et équipes russes de ces jeux de sports FIFA et NHL 2022.  D’autres éditeurs ont aussi interdit complètement l’accès à des jeux vidéo, c’est le cas du développeur polonais CD Projekt Red qui a interdit Cyberpunk 2077 et The Witcher en Russie.

Des aides financières récoltées par des studios.

Certains studios de développement ont choisi d’apporter un soutien financier aux aides humanitaires. Ainsi, les développeurs de DOOM ont créé un niveau spécifique dont le prix est directement reversé à une. ActivisionBlizzardKing et La Pokemon Company ont de leur côté, récolté de l’argent et fais des dons de respectivement 200 000 et 300 000 $ aux organisations et aides humanitaires sur place.

Des joueurs et des équipes e-sport prennent parole

La situation bouscule également les relations dans le domaine du sport, on l’a vu lors des jeux d’hiver, c’est également le cas dans le monde de l’e-sport où certains acteurs ont pris la parole. Le joueur S1mple était l’un des premiers à faire un discours à l’occasion d’une rencontre. Il expliquait qu’il avait aimé jouer contre des joueurs russes et qu’il ne fallait pas reporter la situation contre eux, arguant que l’e-sport ne devait pas se mêler de la politique. Plusieurs structures, notamment dans la compétition autour du jeu Overwatch, ont pris les couleurs du drapeau ukrainien en soutien aux joueurs.

Au sujet de l'auteur
PubliRedactionnel

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.