Nous joindre par : 0899274448*

Vote électronique: La Suisse fait confiance au Parti Pirate. Et en France ?

Plusieurs pays dont la France utilisent régulièrement le vote électronique. Pour les élections européennes, une grande partie des électeurs à l’étranger a la possibilité de voter par Internet. Mais la mise en œuvre d’une « boite noire » est actuellement très critiquée et pose un véritable problème du contrôle d’un tel système.

Alors que des failles qui ont déjà été pointées du doigt par les experts n’ont pas été corrigées, il est important de regarder comment les autres pays en Europe font évoluer leurs systèmes. En Suisse, le Canton de Genève, pionnier depuis 2003 a demandé au Parti Pirate Suisse de l’aider pour rendre le vote par Internet plus ouvert.

Un système de vote par Internet en France a été utilisé pour la première fois pour les législatives de 2012. Déja à l’époque, le Parti Pirate avait dénoncé l’opacité du dispositif et des insuffisances graves dans sa sécurité. Le Parti Pirate avait aussi ouvert une page recueillant les témoignages des électeurs en galère. Les récits dépités se sont succédé. Le système français souffre de très nombreux défauts de conception qui le rendent opaque et non fiable d’un point de vue démocratique. Un rapport de la mission d’information de la commission des lois du Sénat a été publié au mois d’Avril. Si celui-ci pointe les limites des machines à voter et du vote par Internet, il n’apporte que peu de réponses quant à l’évolution vers un système réellement vérifiable et accessible au citoyen.

Le système de vote par Internet du Canton de Genève en Suisse souffre aussi de certains problèmes similaires de conception. Le Parti Pirate Suisse s’était engagé depuis 3 ans dans une analyse poussée du logiciel de vote. Le Gouvernement genevois l’avait autorisé à accéder au code source. Cela avait mené le Gouvernement genevois a annoncer l’ouverture future du code source du logiciel. Mais le travail du Parti Pirate a été reconnu. Le Président du Parti Pirate Suisse, Alexis Roussel, a été nommé au sein de la Commission électorale centrale de Genève, l’organe de contrôle des élections. Il lui a été demandé de participer à l’élaboration de la nouvelle version du vote par Internet.

Vote par Internet considéré fiable ?

Pour Paul Berettoni, tête de liste du Parti Pirate dans la circonscription Massif Central – Centre (France), « Cette nomination est une excellente nouvelle! Cela montre que l’approche citoyenne du Parti Pirate est valorisée. Et si nous restons dubitatifs à l’idée qu’un vote par Internet puisse être considéré fiable, cela montre du moins une grande ouverture de la part des autorités genevoise. Un exemple pour les autres pays ».

Le vote par Internet touche à un élément critique de la démocratie. Les analyses récentes en Estonie ont montré que de nombreuses erreurs rendent leur système extrêmement vulnérable. Pour les Pirates, il est important qu’un projet de vote par Internet ne soit pas pour l’État un alibi permettant de priver les citoyen-ne-s de leur contrôle sur le processus de vote. Les règles de vote sont issues d’un long processus historique. Le vote par Internet ne pourra se construire et être accepté que dans une approche d’ouverture et si la population est confiante que le contrôle est réel.

Laurent Le Besnerais, membre du groupe Parti Pirate Francophone, estime pour sa part qu’il est d’autant plus dangereux que le gouvernement actuel ne semble pas enclin à remettre en question le système en place et ne  laisse personne tester et éprouver la solution logicielle installée sous le quinquennat précédent.

Concernant le vote par Internet en France, le Parti Pirate reste prudent et appelle les utilisateurs à signaler tout problème pouvant survenir de l’utilisation lors du vote.

Référence

:: Blog d’alexis ROUSSEL – E-Vote
http://pirate.blog.tdg.ch/e-vote/

:: Le Parti pirate est autorisé à accéder au code secret du vote électronique genevois
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/parti-pirate-autorise-acceder-code-secret-vote-electronique-genevois/story/18791077

:: Le Parti Pirate va faire reconnaître l’inconstitutionnalité du vote électronique
https://partipirate.org/blog/com.php?id=1457

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM Journaliste (damienbancal.fr) Travaille sur les sujets cybercriminalité/cybersécurité depuis 1992 ; Officie/a officié pour Europe 2, 01net, Micro Hebdo, La Voix du Nord, Tilt, Entrevue, l’Écho des Savanes, Le Canard Enchaîné, France 3, Nord'way, Programmez ... Premier article en 1989 dans le mensuel "Amstar & CPC" ; Auteurs/coauteurs de 8 livres : "Pirates & hackers sur Internet" (Ed. Desmaret) ; "Hacker, le 5ème pouvoir" (Ed. Maxima) ; Ethical Hacking (Ed. ENI) ; "Tout pour maîtriser votre PC et Internet" (Ed. Que Choisir) ... Intervenant pour la Licence professionnelle Collaborateur pour la Défense et l'Anti-Intrusion des Systèmes Informatiques (CDAISI) IUT de Maubeuge ; Master Cyberdéfense Université de Valenciennes ; Commandant Réserviste Cyberdéfense Gendarmerie Nationale (RCC) ; Reserviste de l'Education Nationale ; Chroniqueur pour WEO TV et France Bleu Nord.
  1. hugo Reply

    Le PP est un ridicule auxiliaire gauchiste du PS, je ne vois pas en quoi il est « pirate ». Je ne vois même pas pourquoi on en parle sur zataz sinon le kiki tout dur du journaleux qui se croit pseudo-dissident geekesque.

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      Nous parlons du Parti Pirate car, historiquement, cette association « politique » traite de l’Internet, de la copie privée. Elle fait parti de l’écosystème du web. En ce qui concerne mon « kiki », il va bien. Merci de vous soucier de sa joie de vous lire.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.