Nous joindre par : 0756ZATAZ0
faux ordres de virement

Gold farming – Massacre de masse pour WildStar

Gold farming – Les amateurs de jeux en ligne, et plus précisément de rendez-vous vidéoludiques de type Massively Multiplayer Online Role-Playing Games – MMORPGs (World Of Wacraft, Lineage, Dungeon Fighter…) ont été confrontés, un jour ou l’autre, à des pirates, des tricheurs, des farmers.

Un petit monde. Le premier tente de mettre la main sur des comptes de joueurs. Son idée étant de se créer un porte feuille de « gamerz » zombies qu’il revendra, soit aux tricheurs, soit à farmers. Ces derniers exploitant des bots et des comptes piratés pour produire de l’argent, des objets, des « personnages » qui seront revendus aux joueurs qui pensent que réussir dans un jeu se fait à grand coups de tricherie. Les pirates/tricheurs officiant sur le jeu WildStar de l’éditeur Carabine vont avoir une drôle de surprise. L’éditeur a annoncé plusieurs vagues de bannissements des tricheurs. « Par ailleurs, des milliers d’autres comptes suspectés de piratage ou d’utilisation de bots sont actuellement surveillés. explique Jeremy Gaffney, producteur exécutif de WildStar. Dans le but de limiter le bannissement de comptes innocents, nous étudierons les historiques et continuerons à surveiller les activités des comptes suspects afin d’identifier des comportements récurrents et de prendre les mesures qui s’imposent« .

Pendant ce temps…

Le jeu The Witcher 3 : Wild Hunt, de l’éditeur CD Projekt Red, qui doit sortir en fevrier 2015, sent le gaz, et pour cause. Des informations internes ont été diffusées sur Internet. Ce jeu, de type Action-RPG, se retrouve donc dénudé après un piratage du compte gMail d’un des développeurs. Bilan, les curieux, et la concurrence, savent maintenant le fin mot de l’histoire concernant les missions, les ennemis et la fin du jeu. Pour CD Projekt Red, pas vraiment d’inquiétude pour une sortie très attendue de son jeu vidéo. Inquiétant tout de même et de savoir qu’un employé de l’entreprise sauvagarde les secrets de son entreprise, son savoir faire et des données confidentielles sur le service Google.

ZATAZ.COM a pu constater la fuite, qui a été confirmée par l’éditeur. Scénario, PDF, fichiers XLS, images, concept art, personnages, game design … accessibles. Il faudra peut-être lui expliquer ce qu’est le chiffrement, la non maitrise d’un cloud étranger et de la gestion de la validation en deux étapes. Traque Sauvage, le titre français, sortira l’année prochaine sur PS4 et Xbox One.

Du Gold farming venu de Corée du Nord

En août 2011, quinze pirates informatiques nord coréens étaient arrêtés en Chine. Ils pirataient le monde pour payer les bombes nucléaires de Kim Jong-Li. Parmi leurs actions, de la revente d´or pour World of Warcraft et autres Lineage. Nous vous relations, en exclusivité le 4 août 2011, une opération policière en Corée de sud et en Chine visant une quinzaine de présumé pirates informatiques, auteurs d’actions malveillantes sur le web à l’encontre de portails communautaires et de sites gouvernementaux. Ces pirates étaient accusés, entre autres, du piratage de 35 millions de comptes appartenant aux utilisateurs de deux importants portails communautaires du pays. Il a été découvert, qu’en plus de voler des données bancaires un peu partout sur le web, les « loulous » étaient des adeptes du Goldfarming, de la revente de pièces d’or et d’objets dans des jeux tels que World of Warcraft.

Parmi les pirates arrêtés, des « tenanciers » d’usine WoW, du gold farming. Des usines que nous vous présentions en 2009. Le New-York Times confirmait à l’époque les doutes de ZATAZ.COM. Les pirates arrêtés avaient créé des logiciels spécifiques pour agir sur des jeux en ligne MMORPG comme Lineage, extrêmement populaire en Asie, ou encore Dungeon Fighter. D’après les enquêteurs, les personnes arrêtées avaient fait leurs études dans des universités de Corée du Nord. Elles étaient obligées d’envoyer une grande partie de leur bénéfices, soit 6 millions de dollars américains en deux ans, à Pyongyang, et plus précisément au « Bureau 39 », le programme nucléaire du dictateur fou Kim Jong-Li.

Le business juteux du Gold Farming

En 2008, ZATAZ.COM vous confiait que 14% des compte du jeu WoW étaient piratés et permettaient le Goldfarming. Activision Blizzard, le « papa » de World of Wacraft tentait de racheter des bots collecteurs, des robots informatisés qui permettaient de tricher dans son jeu en ligne. Une « discussion » privée avec AIO, Wowbot et PiroBox pour stopper ce business préjudicable. Ces bestioles numériques permettaient, entre autres, de collecter des objets sans rien faire. Depuis janvier 2011, World of Warcraft aurait perdu plus de 900.000 joueurs « payants ».

Avec près de 10 millions d’adeptes, World of Warcraft n’interresse pas que Vivendi. Des entreprises, dont IGE, se sont montées pour revendre des personnages numériques gonflés à l’esclavage d’humain. Le business autour du farming ne cesse de prendre de l’ampleur. Les millions de dollars qui se font via ces jeux en ligne persistant attisent bien des convoitises et les dérives mercantiles. Aujourd’hui, pour ces jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs tout est à vendre pour devenir le plus puissant. Un vrai trafic est né, souvent orchestré par des groupes très efficaces et particulièrement bien organisés. Des sociétés se sont même montées pour revendre des personnages, épées magiques, pièces d’or et autres items. Des sites web comme Ige.com (ou encore ses filiales comme igxe.com) basés à Shanghai. IGE est le leader mondial de la revente d’avatars, pièces d’or, … Les acheteurs ? Des joueurs ne souhaitant pas passer des jours et des jours à jouer.

Pour 35 dollars, l’internaute reçoit 700 pièces virtuelles. Les plus tricheurs peuvent acquérir 25,000 pièces d’or virtuelles pour plus de 1,200 vrais et beaux billets verts. « Il y a beaucoup d’argent à se faire, confirme Pascal, un joueur Canadien, il suffit d’être organisé« . Une organisation qui ressemble plus à de l’esclavage. Canal Plus avait d’ailleurs diffusé, dans Jeudi Investigation en 2009, un reportage sur ce business.

Le bâtiment qui loge les nouveaux locaux d’IGE à Shangai.Le site d’IGE, numéro 1 du secteur, a été fondé par Brock Pierce (ancien acteur de séries Z), un américain d’une vingtaine d’années, originaire de Los Angeles, et secondé par John Malfece. Derrière IGE se cache un vrai esclavagisme à la Chinoise. Si à Los Angeles se sont une quinzaine d’employés qui travaillent pour IGE, l’armée de IGE est délocalisée, notamment en Chine. C’est la société Internet Gaming Entertainment LTD & Affinity Media (WenXin Plaza), dirigée par Rendey Xu, qui se charge du lien entre le nouveau monde et les sous-traitants  Chinois (Tietou Gaming Workshop – fermé ; Donghua Gaming Workshop; …)

Des centaines de joueurs, payés entre 40 et 60 centimes d’euro par heure pour jouer, 12 heures non-stop afin de fournir un bataillon de personnages qui seront revendus le prix fort sur la toile. Des fermes de joueurs, des « Game farming ». De l’élevage électronique en quelque sorte.

Et l’argent semble couler à flot pour ces revendeurs, Star Wars Galaxies, Dark Age of Camelot, Everquest II, Lineage II, Guild Wars, Final Fantasy, Lord of Ring Online, et beaucoup d’autres servent de support à des ventes pourtant interdites par les éditeurs. « Certains joueurs s’en moquent de payer, confirme Pascal, Dans ces mondes virtuels ils sont enfin quelqu’un. Et si en plus ils peuvent être forts et puissants. Ils sont heureux ». Seulement la réalité est bien plus horrible que ça. Pendant que des joueurs du monde entier enrichissent le business de IGE, IGE semble profiter de jeunes paysans Chinois, eux-mêmes exploités. IGE achète aux chinois 0.35 euros la valorisation d’un personnage. IGE peut revendre cette modification plusieurs centaines de fois plus.

Il y aurait des milliers de PME de ce genre, en Chine. Le chiffre d’affaire de l’argent virtuel est estimé à plusieurs milliards de dollars. De leur côté, quelques Chinois continuent de grandir, grossir, au grand dam de milliers d’autres, flexibles à souhait et victimes du capitalisme sauvage.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

  1. Renaud Reply

    Oui, mais c’est pas nouveau, de plus les bots n’ont pas fini de pululer, pas besoin de personnel pour farmer des golds, et des logiciels très sécurisés exitent pour tout ça et français en plus, disponible au grand public 🙂

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.