Nous joindre par : 0890 170 001*

Quand Daesh diffuse les comptes Tweeters d’Anonymous

La guerre de communication entre la secte de Daesh et les internautes d’Anonymous ne cesse d’évoluer. Les terroristes diffusent des comptes Twitter qui appartiendraient à des Anonymous. Des comptes considérés comme – ennemis de la religion.

Il fallait s’y attendre. Les membres de la secte de Daesh, en charge de l’informatique et de la communication sur Internet, diffuse des adresses Twitter de ce qu’ils annoncent être « des ennemis de la religion« . Un terme loin d’être anodin dans la bouche des responsables de Daesh. Si ces comptes sont « Ennemis », ils doivent disparaître ou, dans le pire des cas, les fondateurs doivent être éliminés.

Dans l’espace créé spécialement pour l’occasion, Daesh met à jour régulièrement les adresses visées et se félicite de celles qui ont pu être fermées. Parmi les modes d’emplois diffusées avec les adresses : comment bloquer « les comptes de dizaines de milliers de porcs, de juifs et de chrétiens, ainsi que les athées, et leurs chefs qui signalent nos actions« .

Cinq avertissements sont affichés par Daesh 2.0 (ce qui change des 7 cadeaux soit disant offerts à leurs kamikazes, au paradis, NDR). L’un d’eux est de proposer aux propagandistes d’alerter Twitter
(sic!) et de reporter les comptes anti Daesh comme des spammeurs. A noter un autre mode d’emploi made in Daesh expliquant comment répondre aux enquêteurs en cas d’arrestation ou encore les logiciels à ne surtout pas utiliser. Daesh cite : Whatsapp, Instagram, Rogue, Skype, Line ou encore BBM. Et ceux qu’ils utilisent : Telegramm, Threema ou encore Wick. étonnamment, n’apparaît pas le logiciel de communication canadien Kik.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.