Nous joindre par : 0890 170 001*

Assurance et cyber crime, les entreprises doivent se défendre en amont

Le piratage informatique , bug ou fuite de données ont un coup loin d’être négligeable pour les entreprises. Les assurances mettent en place des solutions qui ont pour mission de permettre aux entreprises de continuer de fonctionner, tout en mettant en place des réponses aux attaques.

Le piratage informatique, mais aussi la panne ou l’erreur humaine laissant fuir des données ont un coût que les entreprises vont devoir prendre en compte, d’autant plus que la législation change, et va changer encore. Le numérique, l’informatique et les nouveaux usages 2.0 entrainent de nouveaux dommages. Imaginez, il est prévu, par exemple, d’ici la fin 2016, une loi qui imposera aux entreprises d’alerter leurs clients en cas de fuite de données. Nous ne parlons pas de piratage, « juste » une fuite de données. Imaginez une PME/PMI qui devra alerter ses clients, par courrier en recommandé, avec accusé de réception, soit 6,30€ par client. Et nous ne parlons ici que du courrier. Une entreprise qui devra alerter 10.000, 100.000, 1.000.000 de clients risque de ne pas apprécier la facture salée de cette alerte. Autant dire que les finances de cette dernières risquent de prendre un sacré coup car à cela se rajouter les audits de sécurité, la mise en conformité, les avocats en cas de poursuite…

Certaines assurances proposent des contrats dédiés à ces nouveaux risques. Mission de ces polices d’assurance, permettre à l’entreprise de contrer la moindre interruption de son activité (backup, expert, service juridique) et, dans certains cas, comme dans des contrats américains, payer la rançon exigée par un ransomware, payer les éventuelles amendes, … Comme le rappelle le site L’assurance Pro, moins de 10% des entreprises souscrivent actuellement au moins une police d’assurance couvrant le cyber-risque. Certains assurances ont décidé d’augmenter le montant des franchises (Franchise de moralisation) histoire d’inciter les assurés à réfléchir à la sécurité de leurs infrastructures informatiques, aux données qu’elles sauvegardent. Bref, à améliorer la prévention.

De leurs côtés, les courtiers et assureurs s’allient avec des géants de la sécurité informatique. L’assuré peut ainsi compter, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 à une réponse rapide et efficace d’une task force qui lui sera dédiée. On peut noter, par exemple Beazley et Logica, Marsh et Sogeti, AXA Matrix et Cassidian, Allianz et Thales, Hiscox et CS. Le courtier Savoye Gras vient de lancer son propre service dédié aux cyber-risques.

L’assurance, un coup inutile dès qu’il est question de la sécurité informatique et de la protection des données d’une entreprise ? Un état d’esprit que les entrepreneurs vont devoir rapidement mettre à jour à la vue des actes malveillants et d’une législation qui ne fera aucun cadeau.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.