Comment protéger sa messagerie électronique ?

Avec l’explosion d’internet, tous les secteurs qui existent ont connu un renouveau et il est désormais impossible de faire quoi que ce soit sans. La messagerie électronique est donc devenue un moyen sûr d’échanger sur les problèmes d’ordre professionnel en toute sécurité, de se partager des fichiers en tout genre et de les conserver. Mais la cybercriminalité ne connaît pas de limite et s’attaque également tout ce qui se passe sur internet et qui peut lui permettre de récolter des informations confidentielles à utiliser de manière frauduleuse. Voici un article qui vous aide à protéger votre messagerie électronique et vos différentes données personnelles de toute forme de cyberattaque.

Les cyberattaques les plus employées sur la messagerie électronique

Il existe une panoplie de types de cyberattaques à l’aide desquelles les cybercriminels dérobent des informations importantes, mais quelques-unes d’entre elles sortent du lot. Il faut distinguer principalement les ransomwares et les logiciels de phishing. Un ransomware est un logiciel de rançonnement si l’on peut l’appeler ainsi. Il s’agit d’un virus qui vous est envoyé à travers un lien qui ne présente à priori aucune menace pour vous.

Lorsque vous cliquez sur ce lien, le logiciel se met en marche et bloque ou prend en otage toutes les données de votre appareil. Dès l’instant où le virus prend en otage toutes vos données, vous recevez un message qui vous indique qu’il faut payer une telle somme pour rentrer en possession des données que vous avez perdues. La plupart du temps, il est demandé à la victime de procéder au paiement par une monnaie électronique dans le but d’éviter qu’une quelconque opération de traçage n’aboutisse.

Ensuite, il y a le phishing qui veut dire en français, «hameçonnage». Il s’agit de la forme la plus répandue de cyberattaque actuellement. Elle consiste à envoyer un lien qui a de la crédibilité aux yeux de la victime pour que celui-ci n’ait aucune hésitation à cliquer dessus. Une fois que c’est fait, le virus a accès à toutes les données confidentielles de la victime et l’auteur de l’attaque peut désormais s’en servir à sa guise. Il existe également la possibilité où l’auteur de l’attaque se fait passer pour une agence liée à la victime en lui demandant de taper son mot de passe pour une opération ou de valider un ordre de paiement.

Les solutions pour éviter les attaques en ligne

Il existe plusieurs possibilités pour sécuriser sa messagerie électronique. Même si aucune solution ne bénéficie de 100 % de sécurité, il en a qui n’en sont pas loin. A ce titre, Altospam, par exemple, est un logiciel de sécurité très connu pour la sécurisation de la messagerie électronique. Le logiciel français est doté de plusieurs programmes anti-spam et antivirus qui se mettent ensemble pour détecter toute menace de n’importe quelle nature (connue ou inconnue). Cela permet d’éviter à la personne ciblée de cliquer sur des liens douteux et de se faire voler des informations personnelles.

Les logiciels d’analyse et de filtrage comme Altospam sont équipés de sandbox qui permettent d’isoler un fichier afin d’analyser sa nature et ses comportements pour éviter que des programmes douteux ne se glissent dans votre messagerie. Cependant, cette option présente quelques limites comme toutes technologies : La limite des sandbox se trouve dans la nature d’origine des virus et logiciels malveillants. En effet, les sandbox ont créé des problèmes aux cybercriminels pendant longtemps et ils ont travaillé dessus afin d’en exploiter les failles. Ils mettent donc sur pied des virus ou malwares qui analysent d’abord l’environnement dans lequel ils se trouvent avant de décider d’attaquer ou non. C’est pour cela que le sandboxing doit toujours être couplé à d’autres méthodes de détection de virus.

Au sujet de l'auteur
PubliRedactionnel

Articles connexes

  1. fret Reply

    Mouai c’est surtout pour les entreprises , pas pour les particuliers …
    Autrement on peut utiliser juste un raspberry pi qui ne servira qu’à consulter ses emails et en cas de souci , y a juste à formater la carte mémoire ou la changer ( vu qu’il n’ y aura pas besoin de beaucoup d’espace de stockage pour l’os , ça ne coutera rien ) .Une solution spéciale parano que je cite.

  2. Francis BURNEL Reply

    Bonjour,
    « C’est pour cela que le sandboxing doit toujours être couplé à d’autres méthodes de détection de virus. »
    Lesquels???
    Cordialement

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.