Convoi de la liberté : f*ck the convoy

Un pirate informatique diffuse plus de 100 000 données privées concernant les personnes ayant soutenu financièrement les manifestants des convois de la liberté.

Depuis plusieurs semaines le « convoi de la liberté » paralyse la frontière Canadienne et le centre d’Ottawa, la capitale Canadienne. Le Pont Ambassador, lien entre les USA et le Canada, était bloqué depuis début février. Les autorités ont décidé de stopper ces manifestations, ce 18 février, à Ottawa.

Derrière ces points de contestations, des camionneurs souhaitant dénoncer les mesures sanitaires du gouvernement, comme l’obligation d’être vacciné pour travailler. Des blocages qui n’ont pas rencontré le succès espérer par les organisateurs. Réticence et tensions sont mêmes apparus.

Un pirate informatique a décidé d’aller plus loin encore dans la contre-manifestation en diffusant, selon les informations du Service Veille ZATAZ, plus de 103 000 canadiens ayant apporté leur soutien au convoi de la liberté.

Plusieurs fichiers ont été diffusés. ZATAZ a pu les consulter. On y retrouve des identités, des adresses électroniques, des adresses IP, des messages de soutien, le montant de la donation, le moyen de paiement, etc. Les informations courent sur l’ensemble du mois de février 2022.

« We support the Truckers standing up for our freedom. (Nous soutenons les camionneurs qui défendent notre liberté.) » ; « God Bless these truckers! Angels on wheels! (Que Dieu bénisse ces camionneurs ! Des anges sur roues !) peut-on lire dans le document exfiltré du site Gives end go. En réponse, le pirate indique « C’est la liste des donateurs – F*ck the convoy« .

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme commandant réserviste Cyberdéfense Hauts-de-France. Ce blog est personnel. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.