Quand une musique détruit les disques durs !

Le spécialiste Microsoft Raymond Chen a partagé une histoire folle concernant le clip de « Rhythm Nation » de Janet Jackson. La musique détruisait certains disques durs.

La musique adoucit les mœurs, mais certaines fréquences peuvent nuire à votre disque dur. Raymond Chen, employé chez Microsoft est revenu sur une histoire qui mérite le détour. Un grand fabricant d’ordinateurs a découvert que la lecture du clip vidéo « Rhythm Nation » de Janet Jackson faisait planter certains ordinateurs portables. « Je ne voudrais pas finir dans le laboratoire qu’ils ont probablement mis en place pour étudier ce problème. » s’amuse l’informaticien sur son blog.

Comme l’ont découvert les ingénieurs du fabricant [il n’a pas été cité], la lecture du clip vidéo a eu un effet négatif non seulement sur la machine sur laquelle le clip a été lu, mais aussi sur les ordinateurs portables des concurrents, qui se trouvaient simplement à proximité.

Le coupable : la fréquences (résonance) de la chanson « Rhythm Nation« . Il provoquait dans les disques durs avec une vitesse de rotation de 5400 tr/min une vibration digne d’un format c:.

Le clip « Rhythm Nation » a été reconnu comme un problème de sécurité, et MITRE lui a même attribué l’identifiant CVE-2022-38392. Aujourd’hui, le clip ne constitue plus une menace pour les équipements modernes… enfin, normalement !

Dans le passé, ce problème a été résolu de manière très radicale. Selon Chen, les fabricants ont créé « un filtre spécial qui détectait et supprimait les fréquences indésirables lors de la lecture audio« .

D’autres cas’tafiore

Il faut dire que le danger de résonance pour les disques durs est un sujet assez connu, et pas seulement pour les anciens modèles d’ordinateurs portables de fabricants [inconnus]. Les spécialistes de la sécurité de l’information ont étudié à plusieurs reprises le vecteur des « attaques acoustiques« . On sait depuis longtemps que certaines ondes sonores peuvent faire vibrer les « galettes » des disques durs, et si le son est diffusé à une certaine fréquence, une résonance se produit, qui ne fait qu’amplifier la vibration.

L’exemple le plus célèbre de disques durs sensibles aux sons ambiants est peut-être une vidéo enregistrée par le chercheur Brandon Gregg en 2008. Dans la vidéo, le spécialiste montre pourquoi il ne faut pas crier dans le centre de données et explique que même élever la voix peut conduire à la catastrophe.

En 2017, le spécialiste argentin Alfredo Ortega avait démontré l’attaque du « HDD Killer ». Il avait utilisé une fréquence de 130 Hz. Bilan, le disque dur ne répondait plus aux demandes du système d’exploitation.

Des spécialistes de l’Université de Princeton et de l’Université Purdue avaient diffusée le même type d’alerte.

Pour finir, deux derniers cas de vibration « hacking ». La plus connue de tous, 2600 de Captain’Crunch. Frequence tirée d’un sifflet offert dans un paquet de céréale. La fréquence faisait planter les communications téléphoniques et permettait de ne pas payer les appels. Plus proche de nous, 2018 et le plantage magistral dans le datacenter Digiplex. L’entreprise suédoise, responsable des opérations du Nasdaq en Europe du Nord, voit les machines gérant plusieurs banques et les services du Nasdaq tomber en panne en raison du bruit engendré par le système anti incendie.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme commandant réserviste Cyberdéfense Hauts-de-France. Ce blog est personnel. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.