Nous joindre par : 0890 170 001*

Deux Anonymous jugés à Nancy après plusieurs cybermanifestations

Deux internautes français, membres de la mouvance Anonymous, jugés ce 9 juin pour avoir attaqué et bloqué plusieurs sites Internet lors d’une cybermanifestation contre le Conseil Général de la Meuse et l’ANDRA, l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs.

Tout débute en décembre 2014. Des Anonymous annoncent sur Internet une vaste opération baptisée #OpGPII. Objectif des cyber manifestants, communiquer sur « les Grands Projets Inutiles et Imposés« . Dans la ligne de mire, le centre de traitement des déchets nucléaire de ou encore la ligne TGV Lyon-Turin, le contournement de Strasbourg, le projet des fermes des 1000 vaches, le Barrage de Sivens et le projet de l’Aéroport de Notre Dame des Landes près de Nantes. De nombreuses attaques (piratages de sites, DDoS, …) lancées. Il faut dire aussi que le communiqué de presse d’Anonymous proposait des cibles pour des actions numériques.

Cyber manifestations ou cyber vandalismes ?

Quelle est la différence entre une manifestation des organisations syndicales CGT, FO, FSU, qui bloquent des rues lors de défilés, donc le déplacement de personnes non concernées, et le blocage d’un site Internet par un DDoS pour manifester via Internet ? Quelle différence entre le barbouillage d’un site pour manifester et le collage sauvage d’affiche politique, dans nos rues, lors d’élections ? A première vue, rien. Dans les deux cas, la loi prône. Dans le cas de l’affichage sauvage, l’article L581-29 du Code de l’environnement punit les débordements. Sur Internet, loi Godfrain et autres LCEN mettent le « frein » sur les actes des manifestants 2.0.

Dernier exemple en date, celui de deux internautes de la région de Nancy. 19 et 40 ans. Les deux hommes, présumés pirates, accusés d’attaques numériques. Visés, les conseils généraux de la Meuse, de Lorraine, ainsi que l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs.

D’autres sites attaqués, dont l’office de tourisme de la Meuse (tourisme-meuse.com, meusetourism.com) ou encore le site du Ministère de la Défense. Le site CIGEO.com (déchets nucléaires)  à coups de DDoS le 1er décembre.

Les Anonymous communiquaient sur les réseaux sociaux à chaque opération.

Les Anonymous communiquaient sur les réseaux sociaux à chaque opération.

Arrêtés

Enfin, arrêtés début avril 2015 à Reims et Laxou, les deux hommes passeront devant la justice ce 9 juin. Ils sont poursuivis pour « accès et maintien frauduleux dans un système informatique » et pour avoir entravé et/ou altéré « le fonctionnement des systèmes« .

Pour finir, plus gênant encore pour les deux hommes, le parquet a annoncé avoir retenu la circonstance aggravante de faits commis en « bande organisée ». Les deux hommes risquent jusqu’à 7 ans de prison et à plusieurs dizaines de milliers d’euros d’amende.

Un troisième activiste, arrêté en mai, est aussi attendu au tribunal.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

  1. CatchChallenger Reply

    C’est n’importe quoi les lois… vaut mieux être un délinquant dans la vrai vie et faire des atrocités pour le gouvernement.

  2. Adam Reply

    « Tout débute en décembre 2015 ». Plutôt 2014, non ? 🙂
    Merci pour l’article, en tout cas 🙂

  3. Laurent H Reply

    « …donc le déplacement de personnes n’ont concernées… »
    « … non concernées… »
    Bonne continuation !

  4. Anonymous Reply

    Arrêtés deux anons pfff vous êtes des nuls !! Il vaut mieux en effet faire des atrocités tout comme les mafias de l’est qui sévissent , oups j’oubliai eux ils sont armés , la police flippe devant de vrais criminels !! Mais c’est plus facile de s’attaquer à deux Anonymous isolés et pacifistes qu’aux flics ripous et aux mafias !!

  5. Pingback: ZATAZ Magazine » Trois militants Français Anonymous condamnés

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.