Nous joindre par : 0756ZATAZ0

Edward Snowden prépare un outil anti espionnage électronique

Un boitier collé à un iPhone pourra permettre de contrer le moindre espionnage électronique du smartphone. Un projet annoncé par Edward Snowden.

Edward Snowden, l’ancien analyste de la NSA qui a révélé un certain nombre de programmes de surveillance et d’espionnage électronique de masse orchestrés par les gouvernements des États-Unis d’Amérique et Britanniques, se lance dans le hardware anti espionnage. Avec l’aide d’un ancien étudiant du MIT (Massachusetts Institute of Technology) Andrew Huang, Snowden veut créer un broyeur pour iPhone. Andrew Huang, alias Bunnie, un docteur en génie électrique. On lui doit, entre autres, le livre Hacking the Xbox: An Introduction to Reverse Engineering.

Anti espionnage

Les deux hommes ont décidé de se lancer dans un projet commun, créer un « brouilleur » pour iPhone. Le 21 juillet, lors d’une visioconférence au Massachusetts Institute of Technology, les deux comparses (l’un est à Singapour, l’autre en Russie) ont présenté l’objet. Un petit boitier qui permet d’insérer un téléphone et de protéger ses communications.

La boite a pour objectif de détecter les signaux électriques, comme par exemples ceux émis par un micro. La boite anti espionnage analyse la 2G, 3G, 4G, le bluetooth, NFC, les signaux GPS et Wi-Fi. L’écran du boitier indiquera si un danger est présent. Pas de problème, le status « Dark » permettra de garder le téléphone actif. Dans le cas contraire, le téléphone pourra être coupé. Le matériel est prévu d’ici 1 an. A la vitesse ou Apple sort de nouveau iPhone, espérons que le projet n’est pas déjà mort dans l’oeuf !

Se protéger de l’espionnage électronique

Pour Snowden, ce projet doit permettre aux journalistes, aux réfugiés politiques et toutes autres personnes de se protéger de l’espionnage électronique. Andrew Huang rappelle le cas de la correspondante de guerre américaine Marie Colvin, délibérément visée et tuée par des tirs d’artillerie, en 2012. Un assassinat orchestré par le régime Syrien. La correspondante de guerre, pour le Sunday Times, avait été repéré à partir d’interceptions électroniques.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.