Nous joindre par : 0899274448*

Les perspectives d’emploi dans le domaine des réseaux en 2019

Les analystes l’annoncent depuis quelques années et les derniers chiffres de l’observatoire de l’emploi le confirment : le secteur informatique recrute beaucoup depuis 2016 et la tendance est encore à la hausse dans certains secteurs d’activité.

Parmi les domaines dans lesquels l’emploi risque de faire un bond en avant, il y a celui des réseaux et des systèmes. Cela concerne toutes les disciplines qui touchent de près ou de loin la communication et le partage d’informations, quel que soit le type de connexion.

Des besoins urgents en matière de sécurité des réseaux

Aujourd’hui, nous constatons une recrudescence des attaques informatiques visant à récupérer des données personnelles, des informations professionnelles stratégiques ainsi que des données bancaires. Elles sont menées dans le but de vendre ou d’utiliser ces informations à des fins malveillantes (usurpation d’identité, trafic de données qualifiées, achats frauduleux, espionnage industriel).

De grandes entreprises qui évoluent dans des secteurs d’activité très différents (banque, commerce, bourse, emploi, industrie, production, assurance…) ont décidé de consacrer une partie de leur budget à l’emploi de personnel qualifié pour la conception d’architecture réseau, l’administration et surtout la sécurisation des infrastructures.

Sur les offres d’emploi dans les réseaux sur le site Lesjeudis, la majeure partie de celles qui sont postée par de grands groupes comme Thales, Orange, Veolia ou encore des établissements publics comme les hôpitaux de Paris précisent que le profil recherché doit avoir des compétences en matière de sécurité.

L’enjeu est d’autant plus important lorsqu’il s’agit de données sensibles relatives à la santé, à la situation administrative ou aux comptes bancaires des personnes.

Les enjeux liés à la communication sur Internet

Depuis quelques années déjà, les entreprises de télécommunications ne sont plus les seules à vouloir investir dans le réseau Internet. Les géants du web souhaitent également protéger leurs flux et notamment sécuriser leurs Clouds.

C’est le cas par exemple de Google qui se lance dans le financement de son second câble privé sous-marin. Après Curie, qui relie les États-Unis et le Chili, le moteur de recherche a annoncé en juillet dernier qu’il projetait de relier la Virginie à la côte Atlantique française. Il a confié le projet de construction et d’installation à l’américain TE Subcom.

Si c’est une mauvaise nouvelle pour son concurrent Alcatel (qui vient d’être vendu aux Finlandais et qui peine à maintenir sa présence en France), l’entreprise TE Subcom possède de nombreux bureaux d’études en France qui pourraient peut-être prochainement rechercher des profils d’ingénieurs.

La course à la maîtrise du Big Data est lancée entre les GAFA’s et autres géants comme Microsoft, qui a livré en octobre 2017 avec Facebook, le câble Marea entre la Virginie et Bilbao.

La mise en place du réseau 5G en France

Alors que la 4G n’a pas encore été déployée sur l’ensemble du territoire, les premiers souffles de la 5G commencent à arriver sur l’hexagone. Les professionnels du secteur nous ont littéralement promis une véritable révolution dans le domaine de la téléphonie mobile.

Cette technologie de connexion promet des transferts de données plus rapides grâce à un débit atteignant plusieurs gigabits par secondes. En ce sens, la 5G serait beaucoup plus performante que tous les autres réseaux actuels.

Plusieurs opérateurs l’ont déjà lancé à l’étranger comme c’est le cas aux États-Unis, en Corée du Sud, au Qatar, en Italie, en Finlande, en Lituanie et même au Lesotho. En France, nous sommes très en retard, car les autorités administratives françaises n’ont pas encore attribué les fréquences pour mettre en place la 5G.

Néanmoins, la plupart des opérateurs annoncent déjà la mise en place prochainement d’une offre commerciale de ce type et devront mettre en place les infrastructures très rapidement pour déployer le réseau sur l’ensemble du territoire.

La sécurisation des systèmes informatiques embarqués

Actuellement, la sécurité informatique est aussi au centre des préoccupations en matière de systèmes embarqués. Aujourd’hui, les véhicules utilisent de plus en plus de technologies informatiques capables de communiquer avec tous ses composants, mais aussi de transmettre et de recevoir des informations vers l’extérieur en se connectant aux réseaux (Internet, Bluetooth…).

Ces systèmes informatiques embarqués présentent des failles de sécurité très importantes, ouvrant la porte aux pirates. Dans le meilleur des cas, ils sont susceptibles de voler des informations sur le véhicule ou des données personnelles.

Dans le pire des cas, des personnes malveillantes peuvent avoir accès aux commandes du véhicule. Récemment, le magazine Wired a publié une vidéo dans laquelle des chercheurs ont réussi à pirater une Jeep connectée.

En infiltrant le réseau, ils arrivent à pénétrer dans le système informatique de la voiture, actionnent, coupent les essuie-glaces, les phares et la radio. Sur un parking, ils démontrent aussi qu’ils sont en mesure de prendre le contrôle des freins ou encore du volant.

Le domaine de la sécurité des systèmes embarqués offrira donc de très belles perspectives d’emploi aux professionnels qui auront acquis des compétences dans ce domaine.

La sécurisation de la domotique

Là encore, on peut voir que les besoins en matière de sécurité informatique sont importants dans ce domaine. Savez-vous que les dernières cyberattaques ont été menées par l’intermédiaire d’objets connectés ? Pour attaquer des serveurs, les pirates effectuent souvent une attaque par déni de service.

Ils prennent le contrôle de plusieurs centaines de milliers d’ordinateurs en y envoyant des malwares (on appelle cela « lever une armée de zombies ») pour surcharger les serveurs et profiter d’une faille. Aujourd’hui, les ordinateurs sont beaucoup plus sécurisés qu’avant. C’est pour cette raison que les pirates ont dû s’adapter en utilisant des appareils qui n’incluent pas de sécurité.

C’est le cas des objets connectés domestiques comme les volets roulants, les enceintes, les machines à café, les montres, les chauffages et les réfrigérateurs. C’est avec ce type d’objet que sont menées la plupart des attaques Ddos, car ils offrent la possibilité aux pirates de décupler leur puissance de frappe. Effectivement, nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser la technologie connectée pour créer un véritable réseau que l’on contrôle à distance.

La publicité qui montre un père qui contrôle la lumière de la chambre de sa fille à distance nous met assez mal à l’aise. Ce sont donc ici les fabricants de technologies qui annoncent devoir recruter du personnel pour sécuriser à la fois les appareils et le réseau domestique.

Au sujet de l'auteur
Contributeur extérieur.

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.