Nous joindre par : 0899274448*

Ransomware : un policier préfère payer pour récupérer ses données prises en otage

Prise d’otage 2.0 : Le ransomware Locky fait de gros dégâts. Comme j’ai pu l’annoncer en exclusivité sur Twitter, de nombreuses versions de ce logiciel de rançonnage font de gros dégâts. Aux USA, un commissariat préfère payer pour récupérer ses données chiffrés par l’outil pirate.

Comme je peux vous en parler depuis des mois, les ransomwares sont dangereux. Il suffit de cliquer sur le fichier joint communiqué par courriel pour se retrouver avec toutes ses données prises en otage, chiffrées.

Pour récupérer ses biens, plusieurs possibilités. Je vous proposent des solutions dans les articles « Les meilleurs outils pour se protéger des ransomwares existent-ils ? » et « Kit de secours : anti ransomwares« . Une des solutions, que je déconseille fortement, payer le pirate. C’est malheureusement ce que vient de faire un détective du commissariat de la police de Melrose, dans l’État du Massachusetts.

Un détective a ouvert une pièce jointe qui a déclenché le code malveillant et chiffré toutes les données de son ordinateur portable. Le policier a envoyé des bitcoins pour un montant de 489 dollars afin de récupérer la clé de déchiffrement. Le temps de cette opération, les policiers ont dû ressortir crayons et cahiers !

Ce n’est malheureusement pas un cas isolé. En ce qui concerne la France, et à mon niveau, rien que l’attaque aux couleurs d’un cabinet d’avocats : 196 cas en 72 heures. 19 m’ont confirmé avoir payé. Les autres n’ont pas répondu. Et j’avoue que le « qui ne dit mot consent » m’inquiète. Sur ces 196 cas, 13 mairies !

Je vous révélais, le 16 février 2016, comment un hôpital américain, le Hollywood Presbyterian Medical Center, avait payé 17 000 dollars (en bitcoins) pour reprendre la main sur ses données « contrôlés » par un ransomware. Un second centre de soin d’importance, le Los Angeles County Department of Health Services, a lui aussi été touché par un ransomware. Dans ce cas, « seulement » cinq machines touchées et aucune rançon payée. L’informaticien avait fait des sauvegardes !

Payer ? Une bonne idée ? En octobre 2015, un agent spécial du FBI avait avoué que verser l’argent pour retrouver ses données était malheureusement la meilleure solution. D’autres propositions pour contrer un ransomware sont disponibles sur le site Data Security Breach.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM Journaliste (damienbancal.fr) Travaille sur les sujets cybercriminalité/cybersécurité depuis 1992 ; Officie/a officié pour Europe 2, 01net, Micro Hebdo, La Voix du Nord, Tilt, Entrevue, l’Écho des Savanes, Le Canard Enchaîné, France 3, Nord'way, Programmez ... Premier article en 1989 dans le mensuel "Amstar & CPC" ; Auteurs/coauteurs de 8 livres : "Pirates & hackers sur Internet" (Ed. Desmaret) ; "Hacker, le 5ème pouvoir" (Ed. Maxima) ; Ethical Hacking (Ed. ENI) ; "Tout pour maîtriser votre PC et Internet" (Ed. Que Choisir) ... Intervenant pour la Licence professionnelle Collaborateur pour la Défense et l'Anti-Intrusion des Systèmes Informatiques (CDAISI) IUT de Maubeuge ; Master Cyberdéfense Université de Valenciennes ; Commandant Réserviste Cyberdéfense Gendarmerie Nationale (RCC) ; Reserviste de l'Education Nationale ; Chroniqueur pour WEO TV et France Bleu Nord.

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.