Nous joindre par : 0899274448*

Utilisateurs de logiciels espions arrêtés

Logiciels espions – Cette semaine, Europol et plusieurs services de police et autorités judiciaires (Estonie, France, Roumanie, Lettonie, Italie, Norvège, Royaume-Uni) ont mené des actions contre des citoyens européens suspectés d’utiliser des chevaux de Troie (ou RAT) pour réaliser des activités cybercriminelles. Il s’agit principalement d’adolescents et de jeunes adultes. Cette action, baptisée « MouseTrap », et les perquisitions associées ont permis l’interpellation ou l’audition d’une quinzaine de suspects dans plusieurs pays Européens.

Les individus interpellés ou interrogés utilisaient de façon frauduleuse des logiciels espions et des logiciels d’administration à distance pour commettre différents types de délits dont le vol de données personnelles, des attaques en déni de service et des extorsions. Cette opération, pilotée par la France qui réalise six enquêtes dans le cadre de cette opération, prend place dans le cadre d’EMPACT – le plan multi-annuel d’action de l’Union européenne – en collaboration avec le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité d’Europol (EC3) et les autorités européennes concernées. EC3 a apporté son soutien à sept pays dans leurs efforts pour identifier les individus utilisant de façon frauduleuse ce type de RATs, en hébergeant deux réunions de coordination, en collationnant le renseignement et en fournissant un appui en analyse criminelle.

Un objectif important de cette action coordonnée au plan Européen est d’informer le public sur la menace posée par ce type de virus informatiques. Les exemples de ces RATs parmi les plus connus sont Blackshades, Poisonivy et DarkComet. Des actions similaires sont d’ores et déjà programmées au cours de l’année à venir. A noter que DarkComet était un logiciel totalement licite qui a été détourné de sa fonction. L’auteur, un codeur de talent Français avait annoncé la fin de son outil après que son RAT soit découvert dans une action d’espionnage menée par le gouvernement Syrien.

Les chevaux de Troie ou troyens d’administration à distance (Remote access trojans – RATs) sont des codes informatiques qui sont utilisés pour espionner l’ordinateur des victimes (pour accéder à des informations personnelles, enregistrer l’activité à l’écran ou encore enregistrer l’image de la caméra ou le son du microphone intégrés ou connectés à l’ordinateur, collecter des mots de passe ou des numéros de cartes bancaires). Ces RATs frauduleux sont distincts des outils légitimes d’administration à distance (remote administration tools) qui sont par exemple souvent utilisés dans les réseaux d’entreprises pour assister les utilisateurs ou installer des logiciels à distance, avec le consentement et la connaissance de l’utilisateur légitime de la machine.

Logiciels espions : Cheval de Troie 2.0

Un Cheval de Troie est souvent utilisé dans la réalisation des formes graves de criminalité organisé pour détourner des informations confidentielles des entreprises ou des réseaux des administrations, mais ils sont utilisés pour cibler des individus pour commettre différentes formes de fraude ou d’atteinte à la vie privée.

Parfois, la motivation des délinquants est décrite comme un amusement ou une distraction consistant à s’immiscer dans la vie privée d’inconnus via l’utilisation de logiciels espions. Dans tous les cas, l’utilisation de ces RATs est une infraction dans la plupart des pays du Monde et en tous cas dans toute l’Europe (infractions d’accès illégal à un système de traitement automatisé de données, collecte illégale de données à caractère personnel ou d’atteintes à la vie privée).

ZATAZ.COM vous a proposé, il y a peu en exclusivité, l’interview d’un jeune « consommateur » de chevaux de Troie et autres bots arrêtés en France, à la demande du FBI, lors de l’opération Blackshades. Pour rappel, l’article 323-3-1 du code pénal français punit l’utilisation de ce type de virus informatiques de peines pouvant aller au maximum de 2 ans à 7 ans d’emprisonnement suivant les circonstances. Jeudi 20 novembre, Amnesty International a diffusé un logiciel, baptisé Detekt,  qui permet de savoir si son ordinateur et/ou smartphone était piégé par ce type de code espion malveillant.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM Journaliste (damienbancal.fr) Travaille sur les sujets cybercriminalité/cybersécurité depuis 1992 ; Officie/a officié pour Europe 2, 01net, Micro Hebdo, La Voix du Nord, Tilt, Entrevue, l’Écho des Savanes, Le Canard Enchaîné, France 3, Nord'way, Programmez ... Premier article en 1989 dans le mensuel "Amstar & CPC" ; Auteurs/coauteurs de 8 livres : "Pirates & hackers sur Internet" (Ed. Desmaret) ; "Hacker, le 5ème pouvoir" (Ed. Maxima) ; Ethical Hacking (Ed. ENI) ; "Tout pour maîtriser votre PC et Internet" (Ed. Que Choisir) ... Intervenant pour la Licence professionnelle Collaborateur pour la Défense et l'Anti-Intrusion des Systèmes Informatiques (CDAISI) IUT de Maubeuge ; Master Cyberdéfense Université de Valenciennes ; Commandant Réserviste Cyberdéfense Gendarmerie Nationale (RCC) ; Reserviste de l'Education Nationale ; Chroniqueur pour WEO TV et France Bleu Nord.

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.