3422 code bureau n'92829 *
BREAKING NEWS
disque dur

La police judiciaire de Strasbourg fait fermer un gros fournisseur Usenet Français

Le propriétaire du service Newsoo arrêté par la DIPJ de Strasbourg. Son service fournissait 2 Gigas de données piratées par seconde, via des Newsgroups Usenet offrant l’accès à des copies.

Étonnant coup de filet de la DIPJ de Strasbourg, mardi 22 mars. Tout a débuté en octobre 2014, à la suite d’une plainte de la Sacem. Les ayants droits avaient dans leur ligne de mire le service proposé par le site Newsoo.fr. Derrière cet espace numérique, un fournisseur d’accès à des news groups Usenet. Certains clairement identifiés comme fournisseurs de contrefaçons de musiques, films et autres biens numériques piratés. « Un réseau Usenet indépendant » indiquait le site avant d’être fermé ce jeudi. « Dans ma main se trouvent les fibres de notre propre réseau « AS203679 » en France. Cela nous donne un contrôle total de nos capacités. On peut upgrader quand, où et avec qui on veut : on est libre ! Ainsi nous pouvons gérer le flux Usenet sans censure ou filtrage« .

Mardi 22 mars, « Les amis du petits déjeuner » strasbourgeois, des officiers de police judiciaire de la section économique, ont été réveiller un internaute de 26 ans, propriétaire et administrateur de cette « boutique » proposant, entre 8 et 20 euros, des accès à des newsgroups, dont certains identifiés comme étant des fournisseurs/diffuseurs de contrefaçons. Connu dans le monde du warez sous le pseudonyme d’Optix (cf: Pseudo tiré d’une interview donnée à ce sujet), il était connu pour le  développement d’un système de gestion de contenu (CMS) pour tracker toreent, baptisé ZenTracker. Ce passionné d’informatique a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il a coopéré avec les autorités et à fermé son site.

Newsoo

Fort de 5 000 clients, son service était annoncé comme étant proposé par un Opérateur Télécom !   L’homme déclarait ses revenus aux impôts ! Son entreprise prenait de l’ampleur.  Quelques milliers d’euros par mois étaient engrangés. Il réinvestissait la grande partie de l’argent dans les disques durs et serveurs gérant ce projet.

Lors de l’opération policière, 650 To de données ont été bloqués ; 130 disques durs ont été saisis. Un des newsgroups proposait, selon un proche du dossier, 26 millions de MP3. Le propriétaire de Newsoo comparaitra devant le tribunal, le mardi 21 juin 2016. Le jour de la fête de la musique.

Une seconde grosse affaire pour les policiers strasbourgeois qui avaient déjà signé, en mars 2014, l’affaire du forum Pirate Island. Un fournisseur de liens torrents vers des contrefaçons. Ce site donnait accès à environ 9400 films, 3000 mp3 et plus de 13 00 séries télévisées.

Mise à jour 25/03/2016 : dans les colonnes de NexInpact, le propriétaire de Newsoo indique qu’il lui est reproché un « logiciel manifestement destiné à la mise à disposition du public non autorisée d’œuvres protégés« .

Il sera intéressant de découvrir si les autorités ont accéléré l’action en raison de l’hébergement récent du service torrent2DDL. Un site qui facilitait le téléchargement de torrents. Facilitait car il a  été fermé au moment de la saisi du matériel de Newsoo.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ - Journaliste - Spécialiste des sujets liés à la Cyber Sécurité depuis plus de 20 ans. Premier article en 1989 dans le mensuel "Amstar & CPC". Fondateur de ZATAZ, ZATAZWEB.tv & datasecuritybreach.fr. Officie/a officié dans de nombreux journaux et magazines (Europe 2, 01net, La Voix du Nord, Tilt, Entrevue, l'Echo des Savanes, Le Canard Enchaîné, France 3, ...). Auteurs et coauteurs de 6 livres dont "Pirates & hackers sur Internet" (Ed. Desmart) ; "Hacker, le 5ème pouvoir" (Ed. Maxima). Intervenant pour la Licence professionnelle Collaborateur pour la Défense et l'Anti-Intrusion des Systèmes Informatiques (CDAISI) de l'Université de Valenciennes ; pour l'Ecole Européenne de Guerre Economique de Versailles. Réserviste Cyber Défense.

Articles connexes

  1. lhomme_invisble Reply

    des nouvelles de Snowtigers ? curieux non ?

  2. morback Reply

    Je suis stupéfait… La loi n’interdit pas de fournir un accès usenet, c’est de la censure pure et simple ?!

    • Damien Bancal Reply

      Il est poursuivi pour la fourniture de stockages et d’accès à des données contrefaites.

  3. morback Reply

    Et concernant le passage « Connu dans le monde du warez sous le pseudonyme d’Optix », vous sortez ça d’où? parce qu’à part son pseudo twitter et reddit… Plus de détails svp

    • Damien Bancal Reply

      Il n’y a pas plus de détail que les informations fournies par des proches du dossier.

  4. toto Reply

    et que va t’il ce passé pour les clients ?

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      Aucune idée, mais avec l’expérience, il y a de forte chance que les autorités se penchent sur les « gros » diffuseurs.

  5. DaDass Reply

    @morback : « vous sortez ça d’où ? »
    Pas besoin d’être ultra informé, une recherche google sur son pseudo affirme bien qu’il est connu 😉
    https://www.google.de/search?q=optix+newsoo

    • Marco Reply

      Sur ces sites on parle aussi d’OVH, hébergeur favoris des utilisateurs de seedbox. C’est pas pour autant qu’OVH appartient au monde du warez.

  6. Naborabanne Reply

    ZATAZ est bien informé.
    Optix lui même, parle de ce qui lui arrive ici:

    https://www.wareziens.net/forum/topic-28331-newsoo-v2-1er-fournisseur-usenet-francais-independant-page-15.html

  7. Marco Reply

    Vous avez une drôle de façon de présenter les choses !

    Vous parlez d’un fournisseur Usenet comme d’un banal forum warez. Et de son dirigeant comme un membre de la « scene » pirate. Au point de sembler vous étonner qu’il déclarait ses revenus et avait créé une société tout à fait légale.

    Or tous les fournisseurs Usenet sont des entreprises légales, parfois vieilles de plus de 15 ans (ex: Giganews basé aux USA), avec leur propre réseau autonome déclaré au RIPE. Et un statut qui se rapproche plus du prestataire internet que d’un éditeur de contenu.

    Avec tous les débats que ça entraîne sur la question des responsabilités légales en cas de stockage de données illégales. Comme pour un hébergeur de type OVH.

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour Marco,

      Je ne parle pas de ce fournisseur USENET comme d’un banal forum Warez. Il vendait des accès et faisait du stockage.
      Il annonçait être un OPTelco, ayant devanture et déclarait ses revenus. Il pensait qu’avec cette désignation de prestataire internet, il était protégé de toutes poursuites en raison des binaires illicites que sa société stockée.

      En ce qui concerne OVH et autres hébergeurs, ils fournissent le hangar qui permet de stocker, mais ne connaissent pas le contenu des cartons stockés, à la différences d’un espace Usenet.

      En ce qui concerne la « scene » pirate, les ITWs données par l’administrateur vont dans se sens.

  8. Mouradski Reply

    [URL effacée, l’image contenait des pseudos]

    Ce pseudo rigolo a l’air de bien vous connaître Damiens !

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      Il me connait aussi bien que vous, vous qui mettez un S à un pseudo 🙂

      Pour revenir sur la réponse de HuG au sujet de mon post « Aucune idée, mais avec l’expérience, il y a de forte chance que les autorités se penchent sur les « gros » diffuseurs. » HuG indique : « Il sait très bien qu’à chaque raid contre un site où les flics prennent la db, c’est très rare un 2nd raid contre les uploaders après […] et zataz suit bien l’actu pour le savoir, ce batard ». Vous aurez noté que HuG note lui même « très rare », donc pas impossible. Ensuite, il ne faut pas être un génie pour se dire que les ayants droits tirent toutes les ficelles possibles pour stopper ceux qui gagnent de l’argent sur le dos de leurs artistes et de leur business.

      En ce qui concerne le message de Benjaltf4, je ne connais pas la personne de la SACEM citée, et je doute que les autorités fournissent des chiffres farfelus concernant une enquête au risque de rendre caduque, auprès d’un juge, les investigations et preuves relevées.

  9. Mouradski Reply

    [URL effacée, l’image contenait l’identité d’une personne et des propos diffamatoires à son encontre, surtout si cette personne n’a rien à voir avec les propos tenus !]

    Mais que pensez de cette réponse ?

  10. KP2 Reply

    Aujourd’hui, usenet ne sert quasiment qu’au piratage. Si en plus, il ne faisait pas de filtrage alors il est certain qu’il avait du contenu illégal sur ses serveurs.
    Le problème de usenet pour un hébergeur, c’est justement qu’on ne fournit pas seulement un accès, on stocke du contenu aussi !
    C’est pour ça que tous les grands hébergeurs ont arrêté de proposer usenet sauf en censurant tous les forums tendancieux.
    Donc ceux qui ne censurent pas se retrouvent forcément avec du matériel illégal. Forcément.

    D’ailleurs, faut pas jouer le naïf non plus, les mecs font payer justement cette « non-censure »… Car le reste n’intéresse plus personne à part qq rares irréductibles qui peuvent trouver leur bonheur dans l’offre gratuite justement…

    Franchement, aujourd’hui, quand on voit que les sites de torrents se font déglinguer alors qu’ils ont bien plus de légitimité à lever les bras en mode « moi je ne stocke aucun contenu illégal, seulement des liens », c’est complètement évident que les services usenet qui stockent se fassent aussi défoncer.
    Et être étonné de cela, c’est soit être très naïf, soit être de très mauvaise foi.

    Faut pas oublier que la loi a beaucoup évolué, elle ne dit plus simplement qu’il faut proposer des fichiers illégaux pour être hors la loi, elle dit aussi qu’il suffit d’aider les gens à trouver du contenu illégal pour être hors la loi. La fourniture de liens et même de documentation suffit pour se faire choper !
    Alors un service usenet ? mouarf ! Y’a même pas l’once d’un début de doute…

  11. Marco Reply

    @Damien Bancal

    Le propre d’un fournisseur Usenet est de répliquer les données du réseau mondial sur ses serveurs, de façon automatique et non sélective. Sans qu’il ait d’ailleurs les moyens humains ou techniques de vérifier chaque Mo récupéré. Free n’a pas non plus l’obligation de vérifier manuellement les données stockées via son service dl.free.fr. Et il n’a jamais été condamné pour le fait d’avoir sur ses serveurs des contenus illégaux (et pourtant il y en a !). C’est tout le débat de la responsabilité d’un hébergeur (filtrage a priori ou a posteriori une fois informé).

    Le seul truc litigieux pour Usenet c’est l’intitulé de certains groupes binaires. Mais pour avoir un peu parcouru ses posts sur les forums, je ne l’ai pas vu faire de promotion explicite du piratage. Fournir une aide pour récupérer tel ou tel contenu illégal. Ou même sous-entendu qu’il alimentait lui-même les binaires.

    D’ailleurs dans l’interview de Nextinpact il explique qu’on lui reproche en fait la fourniture d’un « logiciel manifestement destiné à la mise à disposition du public non autorisée d’œuvres protégés ». Or il ne fournissait aucun logiciel, juste un accès à un serveur NNTP. Ou bien ils parlaient de la seedbox, mais à ce train là il faudrait rendre illégal l’ensemble des clients bittorrent.

  12. Ninjaw P.B. Reply

    Je suis aussi consterné que les autres de ce discours invraisemblable… « Aider au piratage » « stocker des données » ‘millions de mp3″ « connaissance du contenu » c’est d’une absurdité et d’une méconnaissance rare ! Si tout cela est illégal, pourquoi diable perdent ils leur temps à demander en permanence de retirer des fichiers précis ? Et ceci depuis un bon moment. On parle bien évidement de free, qui proposait ce service avant qu’on le force a le censurer, ceci sans succès bien sur ou presque. Free était un pirate ?
    Un accès aux newsgroups sont bel et bien le travail d’un opérateur, tout comme le stockage de fichier ! c’est le concept meme des newsgroups ! Connaissance du contenu ? c’est complètement aberrant, l’opérateur propose un accès a l’ensemble des newsgroups, il ne connait strictement rien des contenu et télécharge tout, pour proposer tout … quand la justice ridicule demande a free de censurer des groupes, ils re-fleurissent sous un autre nom… du moins jusqu’à ce que le public se lasse. Ce n’est pas pour rien que ce service est immortel et vieux comme internet, et toujours aussi efficace et sécurisé: on ne peut pas interdire les newsgroups qui font intégralement partie de ce que l’on nomme « internet » autant que les mails, depuis sa création.

  13. Joe Blow Reply

    C’est dommage!

Laisser un commentaire

*