Nous joindre par : 0890 170 001*

Le swatting s’invite dans la fausse prise d’otage de Paris

Le swatting, ou comment faire déplacer la police via de faux appels téléphoniques. Un jeune internaute Français annonce être l’auteur de la fausse alerte d’attentat qui a fait réagir Paris, samedi 18 septembre.

Le swatting n’est pas un jeu ! Comme l’indique le Nouvel Observateurs, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « dénonciation de crime imaginaire » et « divulgation de fausses informations afin de faire croire à une destruction dangereuse » à l’encontre de l’auteur de la fausse alerte d’attentat dans le quartier des Halles à Paris, et autour de l’église de Saint-Leu.

swatting-01

Le pirate a invité ses « amis » à le rejoindre sur Skype avant sa fausse alerte d’attentat.

Derrière cette fausse alerte, un adolescent en mal de reconnaissance nommé Tylers. Ce fan de ULCAN, un internaute israélien amateur de canular téléphonique qui a défrayé la chronique en 2015, le jeune internaute derrière la fausse alerte d’attentat ne se cache pas. Il est même joignable en quelques clics de souris, sur Facebook. Il annonce être totalement « intraçable » par la police et explique qu’il agira encore « J’ai aussi l’intention de faire swatt la PARIS GAMES WEEK en octobre » comprenez, qu’il fera le coup de l’alerte attentat lors du salon du jeux vidéo, à Paris.

swatting-02

Vous avez dit totalement inconscient ?!

Swatting : un appel téléphonique malveillant

En juillet 2015, je vous racontais l’histoire d’un swatting à l’encontre d’un joueur on-line. Le GIGN va débarquer chez lui, avec l’efficacité que l’on connaît du Groupement Intervention de la Gendarmerie Nationale. « On peut me détester cest la vie mais appeler le GIGN pour quils débarquent à 15 chez moi pour homicide. Je suis choqué je sais pas quoi dire » indiquait la victime. Le pirate avait affiché le numéro de sa cible sur le combiné des forces de l’ordre et annonçait aux Gendarmes avoir assassiné un proche.

swating police nationaleUne vedette de Twitch, BiBix, vivra la même mésaventure en février 2015. L’action de la police avait été filmé, en direct, par le gamer. Les auteurs de cette malveillance ont été arrêtés, jugés et condamnés en juillet 2016. De six mois avec sursis à deux ans ferme.

Le swatting a pour but de faire venir les forces de l’ordre lors d’un live, en usurpant le téléphone de la victime, et en annonçant un meurtre, une tentative d’attentat. Bref, très loin du canular téléphonique à la sauce Jean-Yves Lafesse. Certains voyous du web proposaient au mois d’août 2015 un service de swatting payant ! Pour rappel, ce genre d’agissement est puni de 2 ans de prison, et de 30 000e d’amende [Code Pénal : Art. 322-14 al. 2].

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

  1. fabulous_cc Reply

    Comme c’est bizarre, Damien Bancal a supprimer mon commentaire. Aucune explication ?

    • Damien Bancal Reply

      Bonjour,
      Il n’y a rien de bizarre. Vous diffusiez des noms et des informations difficilement vérifiables.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.