Nous joindre par : 0756ZATAZ0
correctifs

Correctifs : mois de septembre chargé dans la mise à jour de vos logiciels

Mettre à jour ses logiciels n’est pas un luxe. Les correctifs permettent de corriger bugs et failles de sécurité. Microsoft annonce 13 bulletins de sécurité et la correction de 50 vulnérabilités dans Windows, Internet Explorer, Edge, Office et Exchange.

Patcher, corriger ses logiciels via des correctifs, une obligation. Derrière un patch, une mise à jour, se cache souvent des problèmes de sécurité informatique qu’il faut maîtriser rapidement. Pour preuve, les 13 bulletins de sécurité annoncés par Microsoft, ce mardi 13 septembre 2016. Dans les alertes et correctifs, une rustine pour les navigateurs de Microsoft. Une faille qui est exploitée par des pirates au moment ou j’écris ces quelques lignes.

Deux des bulletins « critique », MS16-104 et MS16-105, résolvent des vulnérabilités dans Windows, Internet Explorer et Edge. Six alertes affectent aussi bien Internet Explorer et que Edge (CVE-2.016 à 3351). Une faille qui permet à un attaquant d’obtenir des informations qui peuvent être utilisées pour compromettre davantage un système ciblé. Il faut un site web particulièrement formé pour infiltrer l’internaute passant par là. La faille est exploitée, autant dire que le correctif est obligatoire. Un autre bulletin de sécurité, considéré comme critique, vise Office (MS16-107). Possibilité de fuite de données via Outlook.

Microsoft a également publié un bulletin de sécurité qui met à jour Adobe Flash Player dans ses produits. Adobe a annoncé aussi de son côté la correction de 29 vulnérabilités dans Flash Player.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.