Nous joindre par : 0890 797 132*
faux ordres de virement

Fraude au virement – Tentatives de détournement de 21 millions d’euros

Fraude au virement – Des inconnus ont fait quatre tentatives pour transférer illégalement 24 millions de dollars de la Banque d’Ouganda. De l’argent appartenant aux ministères de la Défense , de l’énergie et de l’agriculture.

L’Ouganda, et plus précisément la banque nationale, le ministère de la Défense, les ministères de l’énergie et de l’agriculture, ainsi que la National Roads Authority Ouganda (UNRA) ont failli voir s’envoler 24 millions de dollars (près de 21 500 000 d’euros) à partir de quatre transferts pirates. De la fraude au président. Il semble que des fonctionnaires locaux, piégés par un phishing ou une fraude au virement particulièrement bien ficelée, ont fourni leurs identifiants de connexion pour permettre les transferts d’argent.

Biens pensées, l’attaque a visé des comptes bancaires régulièrement utilisés pour d’importants transferts d’argent. Le vol serait passé quasi inaperçu. Les opérations ont été initiées par le Système intégré de gestion d’information financière (IFMIS). Un outil géré par le ministère des Finances. Un système d’information destiné à assurer le suivi des opérations effectuées par et au nom du gouvernement. Les paiements devaient être traités par la Banque d’Ouganda et transférées à des sociétés fictives basées à Hong Kong et aux Émirats Arabes Unis. Un système de sécurité, que les voleurs n’avaient pas repéré, a permis de bloquer l’attaque. Trois suspects ont été arrêtés dans le pays.

Dernièrement, le gouvernement du Kenya a subi le même type de vol. Si l’Ouganda a pu récupérer son argent. Le Kenya a perdu 7,8 millions de dollars. Il y a quelques semaine, c’est un logiciel de la banque Allemande Deutsche Bank qui a tiqué sur un transfert de 20 millions de dollars de la banque centrale du Bangladesh. Personne n’avait rien vu, sauf le robot qui a bloqué le transfert. Les pirates avaient écrit dans les informations de transfert “Shalika Fandation” au lieu de “Shalika Foundation“. Bilan, l’argent est revenu. Le vrai compte de la fausse fondation montée au Sri lanka pour récupérer l’argent était inconnu de la base de données de la Deutsche Bank.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM Journaliste (damienbancal.fr) Spécialiste des sujets cybercriminalité / cybersécurité. Officie/a officié dans de nombreux journaux et magazines (Europe 2, 01net, Micro Hebdo, La Voix du Nord, Tilt, Entrevue, l’Écho des Savanes, Le Canard Enchaîné, France 3, Nord'way, Programmez ...). Premier article en 1989 dans le mensuel "Amstar & CPC". Auteurs/coauteurs de 8 livres : "Pirates & hackers sur Internet" (Ed. Desmaret) ; "Hacker, le 5ème pouvoir" (Ed. Maxima) ; Ethical Hacking (Ed. ENI) ; "Tout pour maîtriser votre PC et Internet" (Ed. Que Choisir) ... Intervenant pour la Licence professionnelle Collaborateur pour la Défense et l'Anti-Intrusion des Systèmes Informatiques (CDAISI) IUT de Maubeuge ; Master Cyberdéfense Université de Valenciennes ; Ecole Européenne de Guerre Économique Versailles. Commandant Réserviste Cyberdéfense Gendarmerie Nationale (RCC).

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.