Le groupe de pirates SunCrypt rançonne des sociétés à coups de DDoS

Les pirates opérateurs de ransomwares SunCrypt viennent de rajouter une corde malveillante à leurs actions, la cyberattaque de type DDoS.

Une cyberattaque de type DDoS a pour principe de bloquer un site web, un serveur … Mission, empêcher l’entrée et la sortie de la moindre information. J’imagerai la chose comme un camion poubelle qui déverse ses déchets devant la porte de votre domicile, vous ne pouvez plus y rentrer, vous ne pouvez plus en sortir.

Les menaces de DDoS ne sont pas récentes. Depuis des années, des pirates exploitent cette méthode pour faire payer des entreprises. Le chantage par blocage a débuté dans les années 80, dans le milieu warez (contrefacteurs de logiciels, films, …)

Un groupe pirate A voulait récupérer un film/logiciel piraté pas encore rendu public par un groupe B. A attaquait et tentait de bloquer le channel IRC du groupe pirate B. Le chan perturbait permettait au groupe B de faire son business. Plus d’accès au chan, plus de business ! Le paiement et le retour au calme se faisait par la récupération du bien culturel convoité par A.

Dans les années 90, des casinos et des sites pour adultes seront visés. Basées en Amérique latine et aux Caraïbes (paradis fiscaux et aux législations très souples), des entreprises plus faciles à rançonner.

Une nouvelle arme dans le râtelier de Suncrypt

Le groupe SunCrypt vient de rajouter cette menace à son râtelier malveillant.

Les pirates ont pris en otage de nombreuses entreprises via le chiffrement de machines et fichiers, via des ransomwares : Visa Italia, Global Union Canada …

Des entreprises qui se sont retrouvées face à la seconde vague d’une attaque par rançongiciel, la menace de diffusion de fichiers volés, comme ce fût le cas pour Phillips collection (+180Go de données) ou encore FPI Management (103Go).

Depuis quelques heures, SunCrypt rajoute le DDoS à ses menaces. « Une manière de se faire entendre » explique un pirate rencontré par ZATAZ.

Deux sociétés viennent d’en faire les frais. L’Américain JSW et l’Allemand SB Zantal Markt.

Un temps membre du Cartel Maze, la nouvelle « option » DDoS de Suncrypt a peut-être déplu à leur ancien partenaire.

Intéressant parallèle, la société NETSCOUT avait détecté, au mois d’août 2020, une campagne mondiale d’attaques d’extorsion DDoS. Une cybermenace baptisée Lazarus Bear Armada (LBA). Les pirates ont tenté de faire chanter les secteurs de la finance et du tourisme. Les volumes d’attaque observés au cours de cette campagne ont varié de 50 Gbps à 300 Gbps et de 150 Kpps à 50 Mpps. Alors que l’attaquant a prétendu avoir jusqu’à 2 Tbps de capacité d’attaque DDoS, aucune malveillance approchant cette ampleur n’a encore eu lieu.

Comme ZATAZ a souvent pu le démontrer, les attaques DDoS annoncées comme lancées pour des motifs idéologiques cachent le plus souvent des tentatives d’extorsions d’argent auprès des victimes.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme commandant réserviste Cyberdéfense Hauts-de-France. Ce blog est personnel. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.