Nous joindre par : 0890 170 001*

Attaque à l’encontre de BTCC, trader de Bitcoins

Nouvelle demande de rançon pour une société attaquée à coups de DDoS. Cette fois, un spécialiste du Bitcoin dans la ligne de mire d’un maître chanteur.

Quoi de plus simple aujourd’hui que de lancer une attaque de type DDoS (Dénis Distribués de Services). Des malveillances numériques qui ont pour mission d’empêcher le bon fonctionnement d’un serveur informatique. Les sites vendeurs de temps de blocage et les outils dédiés sont nombreux sur Internet et dans le darknet [ici] et [].

Le 31 décembre, la société BTCC, un trader de bitcoins, la monnaie dématérialisée, à été bloquée par une attaque informatique qui a empêché toutes transactions. Après quelques minutes de DDoS, un courriel est arrivé dans la boite mail de BTCC. Un pirate réclamait 10 Bitcoins (4 000 euros) pour stopper son attaque. BTCC n’a pas répondu et a renforcé ses systèmes. Le lendemain, nouvelle attaque de 10 Gbps. Le pirate va réclamer 12.000 euros. « Nous allons continuer nos attaques jusqu’à ce que vous payez ! indique le courriel des pirates. Vous feriez mieux de payer avant de faire faillite. » BTCC va rester muet. Les attaques ont cessé. A la différence de ProtonMail, BTTC n’a pas payé, et les attaques se sont stoppées naturellement. ProtonMail avait payé 6 000$ pensant être « tranquille », sauf que les attaques ne se sont pas arrêtées.

Pour le cas de BTCC, e pirate payait ses DDoS et commençait, lui, à perdre de l’argent.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*