Nous joindre par : 0756 ZATAZ 0

Arnaques informatiques : Les boîtes mail, cibles de choix pour pirates

Parmi toutes les arnaques informatiques et tous les piratages possibles sur internet, l’un des plus courants est le piratage de la boîte mail. Dans la foule de mails frauduleux que l’on reçoit, il y en a de plus dangereux que d’autres. Dans tous les cas, la vigilance est de rigueur. Avant d’ouvrir un e-mail ou une pièce jointe, il faut s‘assurer de sa provenance.

Arnaques informatiques  ! Un des risques, en ouvrant une pièce jointe, est de propager un virus dans son ordinateur. Mais un des fléaux d’internet qui nous ferait perdre foi même en nos propres amis, ce sont les faux mails provenant soi-disant de proches en détresse. Avec ce genre de mails, les pirates peuvent avoir deux objectifs.

La première : soutirer directement de l’argent au destinataire de l’e-mail en se faisant passer pour un de ses amis. Le plus souvent, l’ami en question dit être coincé dans un pays étranger sans argent et sans téléphone. Il a besoin d’un transfert de fonds urgent afin de pouvoir rentrer. Il compte alors sur votre générosité et vous assure qu’il vous remboursera. Arnaque garantie. Mais au cas où, vous pouvez toujours vérifier l’email pour vous assurer qu’il est valide, ou encore passer un coup de fil à l’ami en question pour vérifier qu’il va bien.

Détournement des données

Autre possibilité, le pirate veut récupérer votre carnet d’adresse. Il utilise alors une adresse sensiblement identique à celle usurpée, à une lettre ou un signe près. D’où l’importance de s’assurer de sa validité avec, par exemple, l’aide d’un site spécialisé qui permet de vérifier une adresse en un clic. Les messages vocaux sont également souvent utilisés comme appât pour récupérer vos identifiants.

Le contrôle de votre boîte mail offre au pirate l’accès à de nombreuses informations sensibles : comptes, mots de passe, contacts… Pour impressionner le destinataire ou pour donner un semblant de solennité à leur escroquerie, certains n’hésitent pas à se faire passer pour des entreprises ou des institutions comme la Sécurité Sociale, le Trésor Public ou encore EDF. Les mails sont souvent bien imités mais les fautes d’orthographe doivent vous alerter. Encore une fois, vérifier également l’adresse email et dans le doute, ignorer et supprimer le message.

Le bonus écolo du geste sécurité

Et si vous profitiez de l’occasion pour faire le ménage dans votre boîte mail et votre carnet d’adresse ? Car quand on sait qu’un mail envoyé équivaut à une heure d’électricité consommée par une ampoule basse consommation, mieux vaut, pour l’environnement, éviter d’envoyer des emails à une adresse erronée. Car un mail à la mauvaise adresse, c’est plusieurs emails envoyés dans la foulée pour avertir et corriger. Et autant d’énergie gaspillée.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM Journaliste (damienbancal.fr) Travaille sur les sujets cybercriminalité/cybersécurité depuis 1992 ; Officie/a officié pour Europe 2, 01net, Micro Hebdo, La Voix du Nord, Tilt, Entrevue, l’Écho des Savanes, Le Canard Enchaîné, France 3, Nord'way, Programmez ... Premier article en 1989 dans le mensuel "Amstar & CPC" ; Auteurs/coauteurs de 8 livres : "Pirates & hackers sur Internet" (Ed. Desmaret) ; "Hacker, le 5ème pouvoir" (Ed. Maxima) ; Ethical Hacking (Ed. ENI) ; "Tout pour maîtriser votre PC et Internet" (Ed. Que Choisir) ... Intervenant pour la Licence professionnelle Collaborateur pour la Défense et l'Anti-Intrusion des Systèmes Informatiques (CDAISI) IUT de Maubeuge ; Master Cyberdéfense Université de Valenciennes ; Commandant Réserviste Cyberdéfense Gendarmerie Nationale (RCC) ; Reserviste de l'Education Nationale ; Chroniqueur pour WEO TV et France Bleu Nord.

Articles connexes

  1. duret Reply

    “Un mail envoyé = 1 heure de consommation d’électricité d’une ampoule basse consommation”.
    J’ai un gros doute sur cette affirmation.
    Pouvez vous nous en dire plus (en Wh) et votre source ?
    Merci d’avance

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.