Nous joindre par : 0890 170 001*

Acheter de l’or et des diamants dans le black market

Les produits pirates proposés dans le black market sont multiples. Armes, drogues, faux papiers, bases de données piratées, cartes bancaires … Les rayons ne désemplissent pas et s’ouvrent à des marchés étonnants comme la vente d’or et de diamants. Explication.

Avez-vous déjà entendu parler des « Diamants de sang » ? Saviez-vous qu’il est très compliqué de connaître le nom de la mine d’or d’où a été extrait le minerai qui a permis de créer la chaîne que vous avez autour du cou ; de la bague que vous avez au doigt. Pour les diamants de sang, des pierres précieuses venues de Centre Afrique. Terre de guerre prise en main par des milices armées qui utilisent les mines pour financer armes et munitions. Des diamants interdits à la vente.

En mai 2017, la fondation Global Witness alertait des ventes de diamants de sang via Facebook. Elle mène des campagnes contre la corruption liées aux ressources naturelles. Elle tente de combattre les violations des droits environnementaux et violations des droits de l’homme.

Pour quelques centaines d’euros de l’or et des diamants

Deux ans après les révélations de Global Witness, ZATAZ a découvert des boutiques, dans le black market, qui revendent de l’or et des diamants.

Par exemple, 1 once d’or, soit l’équivalent de 28 grammes, vendue entre 300 et 350 euros selon les boutiques visitées. Le prix de l’or (18 carats), pour 28 grammes, est vendu officiellement les 588€.

Il en va de même pour les diamants. 50% du prix initial annoncent certains black market. Un diamant (1.25 carat) vendu dans le commerce (Brillant 1,25 carat D IF) 31 873,00 € se retrouve dans l’un des black market à … 575€. Piège, pas piège ? Les acheteurs semblent satisfaits de leurs acquisitions !

Le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé des sanctions à l’encontre des mouvements rebelles de la Sierra Leone et de l’Angola et à l’encontre du gouvernement libérien pour le soutien apporté aux rebelles en Sierra Leone. Des mouvements rebelles qui exploitent enfants et esclaves pour extraire ces pierres.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

  1. Pingback: ZATAZ Black Market : Wall Street Market stoppé par les autorités, 5 personnes arrêtées - ZATAZ

Laisser un commentaire

*