Nous joindre par : 0890 170 001*

Criminal computer intrusion : le FBI sort les chiffres

Pour la première fois, le Federal Bureau of Investigation (FBI) a diffusé des statistiques liés à la cyber criminalité.

Dans son rapport Annuel, le FBI a l’habitude de parler et chiffrer le nombre d’arrestation qu’ont pu effectuer les agents de l’agence fédérale américaine. Cette année, une nouveauté. Le rapport propose aussi des statistiques liées aux affaires de cyber crime. Le « Criminal computer intrusion » revient sur les pirates arrêtés et leurs actions ayant amené les « amis du petit déjeuner » de l’Oncle Sam à s’inviter chez les présumés malveillants. Les agents du FBI ont orchestré 105 arrestations en 2014 pour violation et fraude informatique. Des actions qui, selon Peter Henning, un ancien procureur fédéral, serait « comme arracher les mauvaises herbes dans votre pelouse. Vous retirez un mauvais brun, des centaines d’autres apparaissent. » Il est a noter que la plupart des crimes en cours de traitement par le FBI ont été perpétrés par des pirates informatiques susceptibles d’être basés à l’étranger. Sur le sol de l’Oncle Sam, Los Angeles était un point chaud pour la cybercriminalité avec 22 arrestations effectuées en 2014, suivie par New York (19), San Francisco (12) et Miami,avec 10 cas. Dallas et Boston, avec une population de 10 millions d’habitants, n’ont pas de bureau cyber, et ne rentrent donc pas dans les statistiques. Washington, et ses 3,2 millions d’habitants, aura eu trois cas d’arrestations de pirate informatique.

Pendant ce temps, on apprend du cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC) que le nombre des cyberattaques visant les entreprises aurait augmenté de 38 % dans le monde. L’hexagone serait une cible privilégiée. Les attaques y auraient progressé de 51 % en douze mois. 21 incidents par jour seraient enregistrés. Des attaques qui coûteraient 3,7 millions d’euros par entreprise, en moyenne, alors que dans le monde, les attaques « ne coûteraient que » 2,5 millions de dollars par entreprise. 34 % des attaques seraient signées par un employé. De jolis chiffres tirés d’une étude menée entre mai et juin 2015 auprès de 10.000 responsables informatiques (127 pays) qui semble avoir pour mission d’attirer les entreprises à réfléchir sur les assurances mises en place pour se retourner financièrement après un cyber problème.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr - Journaliste - Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

  1. Pingback: Repenser la manière de se prémunir contre les cyber-attaques | Data Security Breach

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.