Internet Crime Report : le nouveau rapport du FBI est juste … flippant !

L’Internet Crime Complaint Center du FBI vient de publier son rapport annuel. Le rapport 2020 sur la criminalité sur Internet comprend des informations provenant de 791 790 plaintes de crime présumé sur Internet – une augmentation de plus de 300 000 plaintes par rapport à 2019 – et des pertes signalées dépassant 4,2 milliards de dollars. Le FBI publie le rapport sur la criminalité sur Internet du Centre de plaintes contre la criminalité sur Internet 2020 , y compris les statistiques d’arnaque COVID-19.

Les trois principaux crimes signalés par les victimes en 2020 étaient les escroqueries par hameçonnage, les escroqueries de non-paiement / non-livraison et l’extorsion. Les victimes ont perdu le plus d’argent à cause des escroqueries par e-mail professionnel, des stratagèmes liés aux escroqueries à l’amour et de la fraude à l’investissement. Notamment, 2020 a vu l’émergence d’escroqueries exploitant la pandémie COVID-19. L’IC3 a reçu plus de 28 500 plaintes liées au COVID-19, les fraudeurs ciblant à la fois les entreprises et les particuliers.

791 790 alertes en 2020, 467 361 en 2019

En plus des statistiques, le rapport 2020 de l’IC3 sur la criminalité sur Internet contient des informations sur les escroqueries sur Internet les plus courantes affectant le public et offre des conseils pour la prévention et la protection. Il met également en évidence le travail du FBI dans la lutte contre la criminalité sur Internet, y compris des exemples de cas récents. La France figure notamment à la 7e place dans le top 20 premiers pays par nombre total de victimes pour 1,640 plaintes. Le Canada (5,399 plaintes) s’offre une seconde place inquiétante, loin derrière le cousin Anglais (216,633 plaintes).

Plus de 600 millions de dollars perdus dans de fausses romances sur le web. 194 millions dans les fuites de données. Les ransomwares n’auraient coûter « que » 29 millions de dollars. Dans ce cas, le FBI indique que son chiffre n’inclut pas les estimations des pertes d’activité, de temps, de salaires, de fichiers ou d’équipements, ou de tout service de remédiation tiers acquis par une victime. Dans certains cas, les victimes ne déclarent aucun montant de perte au FBI, ce qui crée un taux de perte global artificiellement bas pour les ransomwares.

Enfin, ce chiffre ne représente que ce que les victimes déclarent au FBI via l’IC3 et ne tient pas compte des déclarations directes des victimes aux réseaux/agents de terrain du FBI. L’Etat le plus impacté par les cyberattaques reste la Californie avec près de 70,000 cas et plus de 620 millions de dollars perdus !

Fraude au faux service technique

La Fraude au service technique est toujours aussi présente. 15,421 plaintes en 2020 pour une perte avoisinant les 116 millions dollars. 66% des victimes sont des personnes âgés de 60 ans et plus. En 2016, l’IC3 identifiait un sujet recevant et traitant des paiements pour un centre d’appel effectuant des fraudes de support technique depuis l’Inde. Le pirate recevait des chèques de victimes qui pensaient payer des services d’assistance technique légitimes. L’enquête ultérieure menée par le Knoxville Field Office a révélé un groupe plus important de malveillants basés aux États-Unis. Ils travaillaient avec le propriétaire du centre d’appels et ont touchés plus de 15 000 victimes. Pertes affichées, environ 7 millions de dollars. En novembre 2019, ZATAZ vous indiquait la plainte lancée contre cinq de ces pirates. En janvier 2020, ils étaient tous arrêtés et inculpés. Le propriétaire/directeur du centre d’appels en Inde et quatre américains.

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme commandant réserviste Cyberdéfense Hauts-de-France. Ce blog est personnel. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

  1. Pingback: ZATAZ » Avocats et comptables dans la ligne de mire des pirates

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.