Les « hacktivistes » russes sévissent bien au-delà de l’Ukraine

Depuis le début de l’offensive russe contre l’Ukraine, les troupes militaires russes ne sont pas les seules à déployer leurs forces sur le territoire ukrainien. La guerre se poursuit sur les écrans, de manière virtuelle, bien que ce type d’assaut soit moins relayé que celui des forces armées russes. Depuis le début de la guerre, le groupe Killnet est particulièrement actif, un groupe qui a récemment déclaré entrer en cyber-guerre contre 10 pays apportant leur soutien à l’Ukraine.

Le groupe des “hacktivistes” russes 

Le groupe pro-russe Killnet aurait mené ses premières actions aux alentours du mois de mars de l’année 2022, une date qui coïncide avec celle du début de la guerre en Ukraine. C’est cependant dès le mois de janvier de cette année que Killnet fait son apparition, mettant en avant ses services sur le net, dont la possibilité de louer un botnet afin de lancer des attaques DDoS, avant de se joindre aux côtés de la Russie lors des premiers mois du conflit. Dès ses premières actions malveillantes, les autorités occidentales (dont l’alliance de renseignement Five Eyes) ont averti concernant les dangers de ce groupe et le type d’attaques à redouter pour l’Ukraine, mais aussi pour les pays alliés aux forces ukrainiennes dans le combat lancé par la Russie.

Depuis le mois de février, le groupe dispose également d’une chaîne Telegram, sur laquelle il partage des déclarations politiques tout en faisant la publicité de ses services, une chaîne qui semble gagner en popularité auprès du public russe.

Les actions malveillantes de tels groupes de cybercriminels sont redoutées depuis le début du conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine, la Russie étant perçue depuis une dizaine d’années comme l’agresseur numéro un dans le domaine de la cybercriminalité. Le pays abrite en effet de nombreux groupes concepteurs de rançongiciels, non inquiétés par le gouvernement du pays tant qu’ils ne ciblent pas d’entreprises russes. Les pirates militaires russes ont eux aussi mené diverses actions destinées à semer le chaos sur leur chemin, dont le piratage des Jeux Olympiques.

Ainsi, même si rien n’est à ce jour établi, les liens entre les différents groupes cybercriminels dont Killnet fait partie et le Kremlin restent troubles. Même s’il ne s’agit pas toujours d’actions lancées par le gouvernement russe, ces groupes affichent sans hésiter leur soutien aux forces russes dans le combat face à l’Ukraine et contre ses alliés, comme le montrent les récentes attaques orchestrées par Killnet.

Les attaques du groupe pro-russe Killnet 

Dernièrement, les attaques du groupe pro-russe Killnet ont pris pour cible la Lituanie, avec une attaque lancée le 20 juin dernier. Pendant dix jours, les sites Web des entreprises et du gouvernement lituanien ont été la cible de nombreuses attaques DDoS. Des attaques

continues et de grande ampleur, qui sont venues perturber la vie quotidienne des Lituaniens, en bloquant l’accès à plus de 130 sites Web aussi bien publics que privés. Le nombre de ces attaques est en diminution depuis le début du mois de juillet, et le gouvernement lituanien a annoncé l’ouverture d’une enquête criminelle.

Le début de ces attaques coïncide avec une prise de position contre la Russie affirmée par la Lituanie, qui a bloqué l’acheminement de métal et de charbon vers le territoire russe de Kaliningrad. Suite à cette décision témoignant une nouvelle fois du soutien apporté à l’Ukraine par la Lituanie, le groupe de hackers Killnet s’est empressé de réagir sur sa chaîne Telegram, en postant ce message : “Lituaniens, êtes-vous fous ?”. Killnet a ensuite partagé une liste de cibles tout en lançant un appel aux hacktivistes pro-russes pour l’attaque des sites Web lituaniens.

Il ne s’agit là que d’un exemple des attaques menées par le groupe Killnet, qui semble cibler un nombre de plus en plus large de pays apportant leur soutien à l’Ukraine, sans être pour autant directement impliqués dans cette guerre. Des attaques de sites Web ont récemment été enregistrées en Allemagne, en Italie, en Roumanie, en Norvège, en Lituanie et aux Etats-Unis, dans chaque cas liées au groupe Killnet. Le groupe présente même une “déclaration de guerre” à dix Etats présentant leur soutien à l’Ukraine, dont l’Ukraine et les Etats cités plus tôt.

Ainsi, il est aujourd’hui essentiel de renforcer son niveau de sécurité sur Internet grâce à des outils de cybersécurité éprouvés. Cela fait partie des avantages d’un VPN : ce type de logiciel permet de protéger vos informations personnelles, notamment en chiffrant vos données lors de vos navigations sur le net. Il est également essentiel de rester informé concernant les dernières tentatives de cyberattaques et les techniques utilisées par les pirates.

Ainsi, il est aujourd’hui essentiel de renforcer son niveau de sécurité sur Internet grâce à des outils de cybersécurité éprouvés. Cela fait partie des avantages d’un VPN : ce type de logiciel permet de protéger vos informations personnelles, notamment en chiffrant vos données lors de vos navigations sur le net. Il est également essentiel de rester informé concernant les dernières tentatives de cyberattaques et les techniques utilisées par les pirates.

Au sujet de l'auteur
Contributeur extérieur. Vous souhaitez contribuer au blog, contactez nous :)

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.