Diffusion de données confidentielles d’une entreprise française par des pirates informatiques

Lettre de licenciement, rupture conventionnelle, RH confidentiel … Des pirates informatiques, après avoir infiltré et tenté de rançonner une entreprise française, diffusent l’intégralité des dossiers volés lors de ce chantage numérique.

Il y a quelques jours, je vous racontais la nouvelle diffusion d’un chantage numérique signé Netwalker. Les pirates cachaient derrière ce rançongiciel annonçaient le piratage de la société Bisnode. Après enquête et confirmation par la société Suédoise, il ne s’agissait pas de Bisnode mais d’une ancienne filiale sortie du cercle suédois depuis plusieurs années, baptisée aujourd’hui Brand and Customer Technologies.

Bizarrement, les pirates vont garder l’ancienne identité de l’entreprise tout le long de leur processus malfaisant. Un étonnant amateurisme ou une volonté de nuire à la société nordique ? Avaient-ils un accès de longue date ? Ont-ils acheté un vieil accès à des pirates externes à leur opérations de rançonnage ? Peut-être aussi, en raison de plusieurs documents judiciaires au nom de Bisnode France, dont une plainte pour vol de données informatiques, présents dans les fichiers dérobés par les pirates.

Toujours est-il que Netwalker donnait 12 jours à l’entreprise française rançonnée pour payer une somme restée secrète. Le délais est passé, les pirates informatiques viennent de diffuser l’intégralité des fichiers volés.

Ressources humaines diffusées… sans humanité

Dans les documents, des centaines de mots de passe, des documents d’importants clients (des enseignes de la grande distribution, des banques, des assurances, …) comme Atos, Auchan, Carrefour, Coca Cola … Des courriers et processus internes, des contrats. Des documents courant de 2000 à 2020.

Dans un premier temps, l’aspect business est impacté. Les pirates ont en main les noms, les mails, les fonctions des clients partenaires, des copies de signatures, de tampons, de lettres à en-tête officielles. Des informations exploitables dans de multiples malveillances possibles : usurpations d’identités ; diffusion des courriels piégés ; tentatives d’infiltrations …

Mais le plus grave à mes yeux reste la fuite de données concernant les hommes et les femmes impactés par cette cyber attaque : salariés (anciens ou présents), stagiaires, … Des centaines de dossiers volés aux Ressources Humaines. Des milliers de documents privés et sensibles : lettres de licenciements pour faute grave ; photos des employés (avec identités) ; pièce d’identité de la patronne de la société …

Les pirates ont sauvegardés les données dans deux espaces de stockage accessibles sur le web. L’un des deux cloud a été fermé. Le second est toujours actif au moment de l’écriture de cet article.

Pendant ce temps …

Quatre nouveaux groupes pirates, opérateurs de ransomware, viennent de sortir des profondeurs du darkweb : Egregor (capture écran ci-dessus), LockBit 2, le retour de Darkos ou encore MountLocker. A noter que le premier de cette nouvelle liste affiche déjà une vingtaine de victimes dans le monde de la santé et de l’industrie, ainsi que la société française de logistique Veolog.

Comme je vous l’ai montré dans La Cyber Émission de samedi, les pirates sont dans une frénésie malveillante qui affichent des centaines d’entreprises victimes par le monde, et des centaines de milliers de victimes indirectes : clients, employés, familles, …

Au sujet de l'auteur
Damien Bancal - Fondateur de ZATAZ.COM / DataSecurityBreach.fr Travaille sur les sujets High-tech/Cybercriminalité/Cybersécurité depuis 1989. Gendarme commandant réserviste Cyberdéfense Hauts-de-France. Ce blog est personnel. En savoir plus : https://www.damienbancal.fr

Articles connexes

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.